Journal

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 29 MARS 2017 - RECONNAITRE ENFIN LA MEDECINE SPECIALISEE

1. Editorial du Président
2. Communiqués de presse diffusés de l’U.ME.SPE.-CSMF
3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités
4. Publications officielles et informations diverses
5. À Propos de : « EN DIRECT DU SPECIALISTE »
6. Remerciements

 

EDITORIAL DU PRESIDENT

Alors même que l’excellence et l’expertise de la médecine spécialisée française sont reconnues dans le monde entier, les médecins spécialistes libéraux sont délaissés, oubliés par l’ensemble des acteurs de la santé et par la classe politique. Pas un mot dans la Loi de Santé sur leur implication, pas un mot dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé sur leur indispensable participation. Ils ont été dépossédés de la convention médicale. Aujourd’hui, la campagne présidentielle les ignore, ils sont exclus des débats.

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 13 FEVRIER 2017 - UN SYSTEME A RECONSTRUIRE

1. Editorial du Président
2. Communiqués de presse diffusés de l’U.ME.SPE.-CSMF
3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités
4. Publications officielles et informations diverses
5. À Propos de : « EN DIRECT DU SPECIALISTE »
6. Remerciements

 

EDITORIAL DU PRESIDENT

Dans un parfait concert d’invocations, tous les acteurs de la santé déclinent actuellement leur plateforme de propositions en vue de la modernisation de notre système de soins. La simultanéité n’est pas fortuite car l’époque s’y prête surtout que, pour la première fois dans l’histoire politique récente, la santé et la protection sociale ont été mises au centre des débats de la primaire de la droite, relayée par celle de la gauche. Chacun y va donc de ses revendications au statut de pivot de l’organisation des territoires.

Une bataille a clairement débuté entre les adeptes d’un système conçu comme une organisation pyramidale, reposant sur l’hôpital public et les partisans d’un système plus libéral s’appuyant sur une organisation plus horizontale, plus entrepreneuriale et, donc, moins régulée.

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 22 DECEMBRE 2016 - UNE ANNEE TERNE POUR UN METIER EN PLEINE MUTATION

 

1. Editorial du Président - 2. Note de presse de l’U.ME.SPE.-CSMF - 3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4. Publications officielles et informations diverses - 5. À Propos de : « EN DIRECT DU SPECIALISTE » - 6. Remerciements

 

EDITORIAL DU PRESIDENT

L’année qui s’achève a été difficile pour tous les médecins, elle l’a été particulièrement pour les libéraux, plus encore pour les spécialistes. Les déclarations de la Ministre de la santé sur « le virage ambulatoire », mesures pour soutenir les médecins libéraux et installer une prise en charge du patient au plus près du domicile n’ont été que des paroles. Les actes, eux, ont été en direction du secteur public et devraient permettre à l’hôpital public de se restructurer, de mettre en place des filières pour orienter les patients vers leurs établissements, le centre hospitalo-universitaire devenant le grand ordonnateur de la santé sur son territoire. Ces mesures ont été clairement anti-libérales.

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 16 NOVEMBRE 2016 - LE POLITIQUE VEUT-IL LA MORT DE L’ESPRIT LIBERAL DANS LE CHAMP DE LA SANTE ?

 

1. Editorial du Président - 2. Note de presse de l’U.ME.SPE.-CSMF - 3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4. Publications officielles et informations diverses - 5. À Propos de : « EN DIRECT DU SPECIALISTE » - 6. Remerciements

 

EDITORIAL DU PRESIDENT

Depuis l’arrivée de Marisol Touraine, la gestion de la politique de santé a été calamiteuse, et la gestion politique du dossier de la protection sociale a aggravé le malaise des professionnels de santé. Pour preuve le mal-être des professionnels dont on a vu cette semaine la mobilisation très large dans les hôpitaux publics. Les libéraux, eux, l’ont exprimé depuis des mois lors de leurs différentes mobilisations.

Notre ministre, droite dans ses bottes, comme dans celles de son prédécesseur Roselyne Bachelot, a mené, depuis des années, une politique complètement décalée du terrain. La loi dite de modernisation n’est que la continuité de la loi HPST.

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 27 SEPTEMBRE 2016 - CONSTRUIRE : UN IMPERATIF POUR L'AVENIR DU METIER

CONSTRUIRE : UN IMPERATIF POUR L'AVENIR DU METIER

Nous pouvons tous nous accorder sur le constat d’échec de la négociation conventionnelle. Seule la Ministre de la Santé ose encore parler des soi-disant avancées de la Loi de modernisation et de la convention signée par des syndicats qui, aujourd’hui, renient déjà leur signature.

Aucun d’entre eux n’assume le choix qu’il a fait : une signature de combat ont-ils dit ! L’un va porter cette convention devant le Conseil d’Etat, l’autre appelle à la désobéissance tarifaire, le troisième est incapable d’assumer l’abandon des médecins de secteur 2. Ces médecins ne sont plus des médecins comme les autres, ils sont exclus de la revalorisation tarifaire. En signant, ces syndicats ont dénaturé la CCAM : elle n’est plus une classification hiérarchique des actes, elle devient une simple grille tarifaire basée sur une politique de revenus tant voulue par le pouvoir en place et qu’ils ont cautionnée en y apportant leur accord.

Aujourd’hui, la Cour des Comptes confirme l’analyse de la CSMF ; nous avions dénoncé le manque de visibilité financière de ce texte et avions prédit des revalorisations honorées en « monnaie de singe ». Comme prévu, le Comité d’alerte se mettra en place, ainsi les évolutions tarifaires indispensables au maintien d’une médecine libérale de qualité ne seront pas mises en place aux dates prévues et seront repoussées aux calendes grecques.

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 25 JUILLET 2016 - POURQUOI DIRE NON

1. Editorial du Président - 2. Communiqués de presse diffusés par l'U.ME.SPE. - 3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités 4. Publications officielles et informations diverses - 5. À Propos de : «EN DIRECT DU SPECIALISTE» - 6. Remerciements

EDITORIAL DU PRESIDENT

Cinq mois de travail, des semaines de consultation de toutes les spécialités, des sommes d’échanges avec l’ensemble des partenaires conventionnels, notamment les services de l’UNCAM. Pourtant l’échec était prévisible, prévisible pour trois raisons :

• La première est due à la mise en place par le gouvernement et, spécialement, la Ministre de la Santé d’une politique profondément anti libérale et, particulièrement, anti spécialistes au travers de la Loi de modernisation qui, aujourd’hui, devient l’échafaudage de la convention mais, aussi, par la lettre de cadrage qui a été adressée au directeur de l’UNCAM.

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 13 JUIN 2016 - UNE CONVENTION LOINTAINE

1. Editorial du Président - 2. Motion du Comité Directeur de l’U.ME.SPE. du 5 juin 2016 - 3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités 4. Publications officielles - 5. À Propos de : «EN DIRECT DU SPECIALISTE» - 6. Remerciements

EDITORIAL DU PRESIDENT

Trois mois de négociations conventionnelles, peu de concret, rien d’acceptable. Certains affirment qu’ils ont imposé les 25 euros, d’autres quittent une séance sous des prétextes injustifiés et reviennent comme si rien ne s’était passé ! Un coup médiatique qui a fait « pschitt »… Par contre quelle crédibilité? Les jeunes internes, étudiants en médecine, qui, au regard de leur futur statut de Docteur, souhaitent s’imposer dans une négociation qui n’est pas la leur… Finalement, un vaudeville désolant et peu attrayant !!

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 7 AVRIL - PAS DE SIGNATURE CONVENTIONNELLE SANS PROJET POUR LA MEDECINE SPECIALISEE LIBERALE

1.Editorial du Président - 2. Communiqués de presse diffusés par l’U.ME.SPE.- 3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4. Informations DPC et publications officielles - 5. À Propos de : «EN DIRECT DU SPECIALISTE» - 6. Remerciements

PAS DE SIGNATURE CONVENTIONNELLE SANS PROJET POUR LA MEDECINE SPECIALISEE LIBERALE

EDITORIAL DU PRESIDENT

Les négociations ont débuté depuis 3 semaines, les déclarations du directeur général en séance mais, surtout dans les pages de certains quotidiens, affichent sa ligne directrice et son fil rouge. Parfois provocateur dans ses propos, il tente de déterminer les lignes qu’il ne pourra ou ne faudra pas franchir, c’est le jeu de la négociation.

Les raisons économiques sont très largement mises en avant et chacun peut le comprendre dans une période aussi turbulente. Pertinence des soins, performance du système sont des termes que nous pouvons entendre et accepter seulement si la qualité et le service rendu n’en sont pas impactés. Cela pourrait être acceptable si l’ensemble des acteurs avait sa propre feuille de route pour sauver un système de soins en perdition. Malheureusement, on en est loin. Notre système de soins n’est déjà plus le meilleur du monde, mais il se dégrade quotidiennement en raison du manque de vision, de volonté et de conscience politique.

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 10 FEVRIER 2016 - UNE CONVENTION AMBITIEUSE POUR L'AVENIR DU METIER : SINON RIEN

1. Editorial du Président - 2. Communiqués de presse diffusés par l’U.ME.SPE. - 3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4. Publications officielles - 5.    À Propos de : «EN DIRECT DU SPECIALISTE» - 6. Remerciements

UNE CONVENTION AMBITIEUSE POUR L’AVENIR DU METIER
SINON RIEN

EDITORIAL DU PRESIDENT

2016, une année pleine de dangers, elle fait suite à des mois de combat contre une Loi de santé dogmatique, portée par un gouvernement doctrinaire, sans réponse au malaise de tous les professionnels du soin, tous secteurs confondus.

Moderniser le soin est indispensable pour porter la qualité, la sécurité et l’efficience de la prise en charge de nos patients. Moderniser c’est, aussi, nous protéger, nous les professionnels dont l’exercice devient de plus en plus difficile et précaire. Le burn-out, le suicide ne sont pas que des mots, ce sont malheureusement des réalités devenues quotidiennes et qui restent sans réponse. Les causes en sont multiples et voilà que s’y ajoute, maintenant, la stigmatisation des médecins, plutôt libéraux, sur l’accessibilité aux soins pour tous.

La reconnaissance de notre profession, c’est aussi, au-delà de notre disponibilité, la valeur de la rémunération de nos actes dont l’indécence est soulignée par tous. Des tarifs qui n’ont pas progressé pour certains depuis plus de 20 ans. Comparons le revenu des collègues dans les autres pays européens ayant le même niveau social ! La précarisation de la profession n’est pas due à une quelconque émergence de plateforme de software, du type de Uber, mais bel et bien à nos politiques et à la succession de ces gouvernements qui n’ont pas jugé nécessaire de valoriser leurs médecins croyant que, par ce biais, les comptes sociaux en seraient équilibrés. Quelle ignorance, quelle incurie de la part de ces dirigeants dont la réflexion est plus centrée sur leur réélection que sur la noblesse de leur fonction ? Quel manque de courage politique !

EN DIRECT DU SPECIALISTE - 2016, UNE ANNEE DECISIVE POUR LA MEDECINE LIBERALE

1.Editorial du Président - Motion du Comité Directeur du 6 décembre 2015 - 2. Communiqués de presse diffusés par l’U.ME.SPE. - 3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4. Publications officielles - 5.    À Propos de : «EN DIRECT DU SPECIALISTE» - 6. Remerciements

EDITORIAL DU PRESIDENT

2015 s’achève, la fin d’année est l’heure des bilans mais, aussi, celle des propositions et des options politiques que nous porterons pour l’année prochaine. 2016, année décisive, car elle va déterminer la nature du contrat social porté par la convention médicale. Peut-on continuer ainsi ? N’est-on pas au bout d’un cycle ? Au travers des évènements de l’année 2015, le milieu médical nous a fait comprendre que la situation était insoutenable et ne pouvait perdurer. Les élections des autres professionnels de santé nous renvoient aussi à ce même constat.

Les votes ont été l’expression de la contestation et, surtout, un avertissement vers les syndicats réformistes.

Faut-il pour autant tout jeter et repartir de la page blanche ? Cette situation est inenvisageable et irréaliste, c’est pourquoi le Comité Directeur de l’U.ME.SPE., le dimanche 6 décembre à Paris, a réaffirmé son attachement à la convention médicale.

Aujourd’hui, l’ensemble des syndicats de spécialités adhérant à l’U.ME.SPE. dénonce l’absence de revalorisation des actes alors même que l’ONDAM, depuis 3 ans, est sous exécuté en ville, dégageant ainsi des marges qui auraient pu le permettre et ainsi engager une nouvelle politique sanitaire organisée autour de l’ambulatoire. Rappelons-nous que l’acte de base du médecin spécialiste, la Cs était en 1997 à 22,87 €, il est aujourd’hui à 23 euros ! Que le point travail dans le cadre de la CCAM des actes techniques, n’a pas évolué depuis 2004.

Le Comité Directeur de l’U.ME.SPE. portera, au sein de la CSMF, des exigences dont deux ne seront pas négociables car elles sont l’essence même de la médecine libérale qui est la seule, aujourd’hui, garante de la prise en charge quotidienne de la population :

• D’une part, la mise en place d’une convention unique, rénovée et équilibrée.

Pages