Journal

LES SPÉ – LA LETTRE N° 4 - MAI 2019 - CPTS, ASSISTANTS MEDICAUX : LES LIGNES DOIVENT BOUGER !

La Lettre n°4 - MAI 2019

L'édito de Patrick GASSER

« CPTS, Assistants médicaux : les lignes doivent bouger ! »

« Communautés professionnelles territoriales de santé, assistants médicaux… les négociations ouvertes, en début d’année, sont sur le point de s’achever. Les deux thèmes portent en eux les germes de la transformation de l’exercice libéral de la médecine, vers un modèle plus coordonné, plus coopératif et plus efficient. Les Spé-CSMF y sont favorables depuis longtemps, comme en témoigne le Projet politique que nous avons élaboré en 2017. Sur le principe, donc, ces évolutions sont à soutenir, car elles vont d’abord permettre de dégager du temps médical au service du patient, de favoriser le partage d’informations pour une prise en charge interdisciplinaire, d’encourager une approche populationnelle de la santé des Français, d’accélérer la mutation vers une pratique plus entrepreneuriale de la médecine. Mais, derrière les principes, on le sait, le diable se cache dans les détails ! Or, une nouvelle fois, l’Etat et l’assurance-maladie s’apprêtent à dénaturer ces projets. L’Accord Conventionnel Interprofessionnel, que nous avons examiné en Comité directeur le 27 avril, est lourd, complexe, loin des réalités du terrain. Surtout, il vise à permettre aux pouvoirs publics d’imposer leurs vues sur les modalités d’organisation des professionnels libéraux. Il introduit, également, un risque d’inféodation de ces CPTS aux GHT. Il excite, enfin, l’ambition de quelques vieilles gloires syndicales. En dépit de ces réserves, Les Spé-CSMF soutiendront l’ACI si des éclaircissements sont apportés sur la gouvernance des CPTS. Quant aux assistants médicaux, ils feront l’objet d’une ultime négociation le 9 mai. Nous déplorons que, selon la version provisoire proposée par l’assurance-maladie, toutes les spécialités n’y aient pas accès, comme c’est le cas des radiologues et des anesthésistes. Là, encore, il faudra que les lignes bougent pour que Les Spé-CSMF soutiennent le projet ».

TELECHARGER LA NEWSLETTER

LES SPÉ – LA LETTRE N° 3-MARS 2019 - Ne prenez pas les femmes en otages

La Lettre n°3 - MARS 2019

L'édito de Patrick GASSER

« Ne prenez pas les femmes en otages ! »

« Nous avons appris avec stupéfaction le mot d’ordre imaginé par le SYNGOF, dans une newsletter syndicale, pour faire pression médiatiquement et attirer l’attention sur le problème des trous de garantie en RCP. Aucune revendication, si légitime soit-elle, ne peut justifier de menacer la santé de femmes en situation de fragilité. Avec ce nouveau dérapage sur le sujet de l’IVG, le SYNGOF prend le risque de discréditer sa position -et celle de tous les spécialistes concernés- alors que c’est la vie professionnelle et personnelle de nombreux praticiens qui est en jeu. Rappelons, en effet, que le fonds de garantie voté en 2011 a vocation à couvrir la part des indemnisations allouées aux victimes qui dépassent le plafond de garantie (8 millions d’euros), mais uniquement pour des interventions ayant eu lieu à compter du 1er janvier 2012. Aujourd’hui, avec la judiciarisation croissante de la médecine, plusieurs praticiens sont en situation de ruine potentielle en raison du montant de plus en plus astronomique des condamnations prononcées. Durant le débat de la loi de santé, un amendement porté par plusieurs députés proposait que le fonds de garantie soit étendu aux sinistres intervenus entre septembre 2001 et janvier 2012. Mais il n’a pas été voté ! Nous demandons instamment qu’une commission de travail soit réunie pour répondre, dans les plus brefs délais, à ce grave problème assurantiel. »

TELECHARGER LA NEWSLETTER

Vidéo du Dr. Patrick GASSER – Loi de santé - « les dangers de l’idéologie »  

 

LES SPÉ – LA LETTRE N° 2 FEVRIER/MARS 2019 - Non à une médecine administrée

La Lettre n° 2 - FEVRIER-MARS 2019

L'édito de Patrick GASSER
NON À UNE MÉDECINE ADMINISTRÉE
« Le déroulement actuel des négociations conventionnelles sur les futurs assistants médicaux témoigne d’un manque de maturité dans le dialogue social de ce pays. Les négociations sur les assistants médicaux ont achoppé sur le nombre de patients que nous serions censés recevoir, chaque heure, en échange des aides au recrutement d’un assistant médical. L’intention, de la part de l’assurance-maladie, est compréhensible. Il faut en effet améliorer la file active de patients dans les cabinets en dégageant davantage de temps médical pour les praticiens. Faut-il pour autant décréter, sur un mode fonctionnarisé, quel doit être le rythme horaire des consultations ? La médecine n’est pas une science exacte et la durée d’une consultation dépend de la situation particulière de chaque patient. D’autres discussions, comme celles sur les CPTS, illustrent plus largement les contraintes croissantes qui restreignent notre autonomie professionnelle. Vouloir conditionner une part de notre rémunération (forfaits, ROSP) à l’adhésion à une CPTS, c’est revenir à une conception de l’organisation des soins d’un autre âge : tous au garde-à-vous, au sein de structures imposées d’en haut, au risque de produire 1000 coquilles vides ! Mesdames et messieurs les autorités, vous devez comprendre que les médecins libéraux ont évolué. Nous voulons être des entrepreneurs de santé. Et, à ce titre, nous réclamons les moyens nécessaires pour nous organiser comme nous l’entendons. Nous revendiquons une responsabilité populationnelle dans la prise en charge des patients. Et nous sommes prêts à nous engager, sous la forme de contrats, sur des objectifs sanitaires concrets et utiles pour la population. C’est dans ce sens que les modalités de tarification doivent être réformées ».

EN DIRECT DU SPECIALISTE - Les 2e Etats Généraux de la Médecine Spécialisée


I. Etats Généraux de la Médecine Spécialisée - II. Communiqués de presse « Les SPÉ-CSMF » - III. Communiqués de presse diffusés par les spécialités - IV. Guide 2018 de la nomenclature en médecine spécialisée (métropole et DROM) - V. Publications officielles et informations diverses - VI. À Propos de : « En Direct du Spécialiste »

INTERVIEW Dr. Patrick GASSER – LE FINANCEMENT « Ma Santé 2022 »

 

EN DIRECT DU SPECIALISTE 20 JUILLET 2018 - EN ATTENDANT LA RENTRÉE

1.   Editorial du Président – Patrick GASSER - 2.   Communiqués de presse « Les SPÉ-CSMF » - 3.   Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4.   Information Affichage au 1er juillet 2018 - Rappel Modifications au 1er juin 2018 - Guide 2017 de la nomenclature en médecine spécialisée  -  5. Publications officielles et informations diverses - 6. À Propos de : « En Direct du Spécialiste »

EDITORIAL DU PRESIDENT

Sécurité Sociale ou Protection Sociale, ce débat est passé bien vite sous silence et ne pensons pas qu’il est clos. Il est à parier que ce sujet reviendra bien plus rapidement dans le débat national et parlementaire que nous ne l’imaginons. Le Rapporteur général de la commission des affaires sociales, Olivier Véran, a tenté de justifier cet amendement en avançant la nécessité de répondre aux enjeux liés à la dépendance et à l’explosion des maladies chroniques. Un sujet anodin, me direz-vous ! Non, un vrai sujet et des enjeux de société majeurs, certainement pas à traiter de cette manière tant le chantier est important et titanesque. On ne peut oublier la démarche de Roselyne Bachelot, à une époque pas si lointaine, qui s’était attaquée, à grand renfort médiatique, à ce sujet et qui, devant la tâche, y avait rapidement renoncé.

EN DIRECT DU SPECIALISTE 31 MAI 2018 - UN AVENANT POUR UNE NOUVELLE DYNAMIQUE CONVENTIONNELLE ?

1.   Editorial du Président – Patrick GASSER - 2.   Communiqués de presse « Les SPÉ-CSMF » - 3.   Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4.   Guide 2017 de la nomenclature en médecine spécialisée :  Rappel Modifications au 1er juin 2018 - 5.   Publications officielles et informations diverses - 6.   À Propos de : « En Direct du Spécialiste »  

EDITORIAL DU PRESIDENT

Nous ne tromperons personne en disant que cette signature est une signature de combat, elle ne l’est pas. Certains syndicats ont justifié l’accompagnement de la convention de 2016 en utilisant ce subterfuge, foutaise, ils n’ont fait qu’accompagner les décisions de Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, accepter sans broncher le tiers payant, accompagner l’article 99 pour mieux permettre au directeur de la caisse de diminuer les tarifs des radiologues, demain des autres spécialités. Ils ont sacrifié la revalorisation de la plus grande majorité des spécialités au profit d’une et d’une seule privilégiant le corporatisme, la chirurgie et, encore, pas toute la chirurgie. Cette idée est pour nous inacceptable !

Je l’accorde, les propositions tarifaires contenues dans cet avenant sont bien en-deçà des attentes du terrain, certains les considèrent insultantes aux vues des tarifs de la télé-expertise. Je l’accorde, mais restons pragmatiques, la caisse d’Assurance Maladie crée un nouvel acte correspondant à des usages jusqu’à présent non rémunérés (entretien téléphonique au sujet d’un patient connu avec un correspondant), il sera simplement nécessaire de mettre en place une traçabilité au travers de messagerie sécurisée pour être rémunéré. Alors pourquoi ne pas l’utiliser ? Regardons son utilisation avant de les mettre en pertes et profit !

EN DIRECT DU SPECIALISTE 27 MARS 2018 - CRISE DANS LE MILIEU SANITAIRE, UNE SEULE VOIE : L’INNOVATION !

1.   Editorial du Président – Patrick GASSER - 2.   Communiqué de presse « Les SPÉ-CSMF » - Patrick GASSER réélu président des SPÉ -CSMF   - 3.   Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 4.   Guide 2017 de la nomenclature en médecine spécialisée : Rappel Modifications au 1er janvier 2018 - 5.   Publications officielles et informations diverses - 6.   À Propos de : « En Direct du Spécialiste »

EDITORIAL DU PRESIDENT

Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé s’exprime, fin 2017, sur la pertinence des soins et voilà que la presse se déchaine sur le corps des soignants sans même une analyse critique du chiffre de 30% lâché, à une époque, par une fédération hospitalière d’ailleurs sans argument scientifique.

Début de cette année, le Premier Ministre lance le chantier de transformation de notre système de santé que Madame la ministre Agnès Buzyn met en place début mars pour un rendu à la fin du mois de mai ! Cinq grandes thématiques pour restructurer le système de santé. Comment ne pas penser à un semblant de concertation ? La méthode d’échange a-t-elle changé depuis Madame Marisol Touraine ? Cela n’est pas flagrant et tout ceci conduira, comme à l’habitude, à un échec annoncé et programmé que personne ne souhaite. L’exemple caricatural du moment est celui du dossier des infirmier(e)s en pratique avancée (IPA) où l’on convoque les représentants de la profession médicale, salariés et libéraux non hostiles à priori, lorsque le décret est écrit et ne peut être modifié sur le fond. Changement de méthode nous dit-on ? Certes, innovons mais dans le respect de l’art des métiers et, surtout, au profit des patients. Aujourd’hui, cela ne semble pas être le cas et si ce décret reste en l’état, le taux de sinistralité ne fera qu’augmenter. Erreur de jeunesse, de casting ? Espérons que le dossier de la re certification, aujourd’hui sur la table, ne sera pas traité de la même façon, pourtant rien que la composition du groupe pilote ne nous encourage pas à le penser.

EN DIRECT DU SPECIALISTE 31 JANVIER 2018 - POURQUOI UN NOUVEAU PROJET ?

1.   Editorial du Président - 2.   Conférence de presse de l’UMESPE-CSMF du 24 janvier 2018 - 3.   Articles - 1ers Etats Généraux de la Médecine Spécialisée du 25 novembre 2017 - « vers un projet de la médecine spécialisée » - 4.   Guide 2017 de la nomenclature en médecine spécialisée – Rappel Modifications au 1er janvier 2018 - 5.   Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 6.   Publications officielles et informations diverses - 7.   À Propos de : « En Direct du Spécialiste »

EDITORIAL DU PRESIDENT

L’environnement du médecin est en plein bouleversement, au plan technologique mais, surtout, au plan sociologique, tant dans la population générale que dans nos rangs. Le médecin balzacien est enterré. La question qui nous est posée par les usagers du système de soins et les responsables politiques se résume en une seule phrase : Quel nouveau contrat social de la médecine pour le XXIème siècle ?

L’UMESPE-CSMF, organisation de très loin la plus représentative des spécialistes, prend, aujourd’hui, position après un cycle de réflexions prospectives conduit tout au long de l’année 2017. Cette démarche s’achèvera à l’occasion du comité directeur où toutes les spécialités seront représentées. Nous avons souhaité structurer notre démarche en trois temps :

  • Le premier temps a été fondé sur une analyse concertée, avec différents experts (commissions internes et États Généraux du 25 novembre à Paris), de l’environnement professionnel et des perspectives à l’aube de la décennie 2020 qui sous-tend l’architecture de ce projet.
     

EN DIRECT DU SPECIALISTE 20 NOVEMBRE - UNE TRISTE JOURNEE : HOMMAGE AU Dr. CLAUDE MAFFIOLI

 

1. Editorial du Président - 2. 1ers Etats Généraux de la Médecine Spécialisée « vers un projet de la médecine spécialisée » - Samedi 25 Novembre 2017 - 3. Guide 2017 de la nomenclature en médecine spécialisée – Modifications au 1er novembre  - 4. Communiqués de presse diffusés de l’UMESPE-CSMF - 5. Communiqués de presse diffusés par les spécialités - 6. Publications officielles et informations diverses - 7. À Propos de : « EN DIRECT DU SPECIALISTE »

EDITORIAL DU PRESIDENT

Claude MAFFIOLI nous a quittés le mardi 30 octobre 2017.

Ancien président de la CSMF, ancien président de l’Union Nationale des Médecins Spécialistes Confédérés, il a été le fondateur de « l’UMESPE ». Grand médecin libéral, hépato-gastroentérologue à Reims, il appartenait à ce syndicalisme rempli d’humanisme, portant la rigueur scientifique et l’empathie indispensable à tout médecin. Il a permis à chacune de nos spécialités, avec d’autres pionniers, de devenir le socle de la médecine moderne, de permettre, au travers de son combat syndical, de conserver une médecine sociale pour le plus grand bien de la population.

EN DIRECT DU SPECIALISTE SEPTEMBRE 2017 - UN PROJET POUR L'AVENIR DE LA MEDECINE SPECIALISEE

SAVE THE DATE - 1er Etats Généraux de la Médecine Spécialisée - SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017 à la Maison de la Chimie - Inscription en ligne

1. Editorial du Président
2. Guide 2017 de la nomenclature en médecine spécialisée
3. Communiqués de presse diffusés de l’UMESPE-CSMF
4. Communiqués de presse diffusés par les spécialités
5. Publications officielles et informations diverses,
6. À Propos de : « EN DIRECT DU SPECIALISTE »

EDITORIAL DU PRESIDENT

Au nom de la « proximité » les discours n’ont pas changé, le « premier recours » reste au centre d’une construction de l’écosystème de soins et de santé. Nulle mention n’est faite des médecins spécialistes, pourtant une nouvelle équipe ministérielle s’est installée avec une ministre médecin spécialiste. Madame la ministre de la santé a annoncé quatre priorités. La première est centrée sur la prévention et l’obligation vaccinale a été sa première décision. La seconde doit s’attaquer aux inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé, la troisième est de porter la pertinence et la qualité des soins. Le dernier axe semble vouloir développer l’innovation organisationnelle, médicale, technologique et numérique.

Un programme séduisant pour les 10 ans à venir. Par contre, pour parvenir à ces objectifs, il est impératif, pour les pouvoirs publics, de changer de logiciel, arrêter cette politique de stigmatisation des professionnels, particulièrement des spécialistes libéraux, relayée par la DREES, la Cour des Comptes et les médias, stopper la politique du rabot budgétaire dont les spécialistes font les frais chaque année lors du vote de la loi de finance de la sécurité sociale. Redonner de la confiance aux professionnels en leur concédant une autonomie et les libérer du carcan administratif. Redonner au médecin un statut et restituer, pour tous, cette mission de service public dont les politiques nous ont dépossédés.

Pages