Communiqués de presse Les Spé-CSMF

Loi de santé : l’U.ME.SPE. refuse la mise en pièces de la Convention médicale

L’U.ME.SPE.-CSMF est très inquiète des orientations du projet de loi relatif à la politique de santé. Tout d'abord, l’U.ME.SPE.-CSMF regrette que le Gouvernement fasse l’impasse sur les médecins spécialistes dans la mise en œuvre de la nouvelle organisation des parcours et la structuration territoriale des soins.

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent : une nouvelle fois les engagements signés ne sont pas tenus. La CNAMTS refuse une cotation décente aux anesthésistes.

L’U.ME.SPE.-CSMF s’insurge contre le refus de la Caisse d’autoriser aux anesthésistes la cotation au même titre que les autres médecins d’un acte d’infiltration locorégionale. Cet accord avait pourtant été négocié dans le cadre de  l’avenant n°8 de 2012. Aujourd’hui, très clairement ce type de prise en charge, permet une meilleure qualité des actes chirurgicaux et, par conséquent, des séjours en hospitalisation plus courts.

L'U.ME.SPE.-CSMF réclame un plan de santé publique pour l'enfant

Alors que le projet de loi santé porté par le gouvernement contient l’instauration d’un médecin traitant de l’enfant, l’U.ME.SPE.-CSMF estime que cette mesure prise isolément ne résout rien et doit être intégrée dans le contexte plus large et indispensable d’une politique de santé de l’enfant ambitieuse.

Projet de loi Santé : l’U.ME.SPE. - CSMF oppose l’expertise spécialisée au démantèlement des spécialités

L’U.ME.SPE.-CSMF s’inquiète de la volonté de certaines organisations de vouloir s’approprier une partie des compétences et missions accomplies par d’autres.

L’U.ME.SPE.-CSMF constate que le projet de loi Santé, non seulement ignore la médecine spécialisée libérale mais, surtout, qu’il découpe les compétences de certaines spécialités pour les attribuer à d’autres, voire à des professionnels de santé non médecins.

Contrats responsables : l’U.ME.SPE.-CSMF s’oppose au projet de décret

L’U.ME.SPE.-CSMF dénonce la duplicité du gouvernement qui ne va pas au bout de son engagement dans le cadre du contrat d’accès aux soins (CAS).

En effet, l’U.ME.SPE.-CSMF a eu connaissance du projet de décret concernant le cahier des charges des contrats responsables et constate que le gouvernement, qui a voulu le CAS dans un souci d’accès aux soins, ne favorise pas la prise en charge des compléments d’honoraires maîtrisés des médecins signataires du CAS.

Télémédecine : l’U.ME.SPE.-CSMF demande l’ouverture du chantier tarifaire dans le cadre conventionnel

Alors que se déploient les appels à candidature pour la télémédecine et les projets de coopération entre la ville et l’hôpital, au travers de l’expérimentation « Territoires numériques » dont l’objectif déclaré consiste à permettre aux usagers une prise en charge de proximité, l’U.ME.SPE.-CSMF constate que les spécialistes libéraux ont encore été écartés de ce dispositif. Dispositif qui, par ailleurs, semble permettre de préfigurer la tarification.

Cardiologie libérale : l’U.ME.SPE.-CSMF dénonce l’entreprise de démolition des ARS

En dépit des avertissements déjà lancés, l’U.ME.SPE.-CSMF constate que de nombreuses Agences Régionales de Santé se livrent à des pratiques discriminatoires qui pénalisent, de façon systématique, la cardiologie libérale des établissements de soins privés. C’est le cas, notamment, dans les Pays de la Loire, le Nord Pas-de-Calais et l’Auvergne, où les lignes de garde sont attribuées prioritairement aux hôpitaux.

Triplement de la dette des hôpitaux : l’U.ME.SPE.-CSMF dénonce une situation digne de la Grèce

Le rapport de la Cour des comptes sur la dette des établissements publics de santé montre un emballement de la dette hospitalière, qui a triplé en 10 ans, pour atteindre un montant de près de 29,3 milliards d’euros fin 2012, ce qui représente 1,4 % du PIB.

L’U.ME.SPE.-CSMF considère que cette situation est tellement grave qu’elle est comparable à celle d’un pays comme la Grèce. Le train de vie actuel des établissements publics est au-dessus des moyens de nos finances publiques.

Patrick GASSER élu président de l’U.ME.SPE. – CSMF

Le Comité Directeur de l’Union Nationale des Médecins Spécialistes confédérés (U.ME.SPE.-CSMF) s’est réuni le samedi 15 mars et, selon ses statuts, a procédé au renouvellement de son Bureau national.
Ainsi, Patrick GASSER a été élu au poste de président où il succède à Jean-François Rey élu président d’honneur.
Le nouveau Bureau élu est un Bureau de rassemblement qui fédère l’ensemble des verticalités et assure une représentation équilibrée entre les spécialités cliniques, médico-techniques, et celles des blocs opératoires.

Pages