Communiqués de presse Les Spé-CSMF

L’U.ME.SPE./CSMF soutient la « journée sans professions libérales » le mardi 30 septembre prochain, organisée par L’Union nationale des professions libérales (l’UNAPL).

Cette journée est l’opportunité, pour les médecins libéraux, de réaffirmer leur attachement aux principes et à l’organisation des soins qui garantissent qualité et sécurité sur l’ensemble du territoire.

Nous rappelons que les médecins libéraux sont aujourd’hui, avec les pharmaciens, les seuls groupes professionnels à  avoir un maillage territorial aussi développé pour répondre à la demande et aux besoins de soins de la population.

MISE A L’ECART DES MEDECINS SPECIALISTES : LE RAS LE BOL

L’U.ME.SPE. /CSMF met en garde le gouvernement sur la mise à l’écart systématique de la médecine spécialisée libérale dans la loi de santé et dans les négociations sur les soins coordonnés. Elle rappelle que l’exercice coordonné a pour but d’améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge des soins sur l’ensemble des territoires. Aujourd’hui, par son exclusion, le gouvernement passe à côté d’une vraie structuration territoriale qui amènera plus de performance dans le système de soins.

Une nouvelle politique de santé : le Comité Directeur de l’U.ME.SPE.-CSMF reste dans la défiance.

Le Comité Directeur de l’U.ME.SPE.-CSMF, réuni à Paris le 22 juin 2014, réaffirme son attachement aux valeurs de la médecine libérale et son opposition totale à un certain nombre de propositions de la loi de santé portées par le gouvernement.

Loi de santé : l’U.ME.SPE. refuse la mise en pièces de la Convention médicale

L’U.ME.SPE.-CSMF est très inquiète des orientations du projet de loi relatif à la politique de santé. Tout d'abord, l’U.ME.SPE.-CSMF regrette que le Gouvernement fasse l’impasse sur les médecins spécialistes dans la mise en œuvre de la nouvelle organisation des parcours et la structuration territoriale des soins.

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent : une nouvelle fois les engagements signés ne sont pas tenus. La CNAMTS refuse une cotation décente aux anesthésistes.

L’U.ME.SPE.-CSMF s’insurge contre le refus de la Caisse d’autoriser aux anesthésistes la cotation au même titre que les autres médecins d’un acte d’infiltration locorégionale. Cet accord avait pourtant été négocié dans le cadre de  l’avenant n°8 de 2012. Aujourd’hui, très clairement ce type de prise en charge, permet une meilleure qualité des actes chirurgicaux et, par conséquent, des séjours en hospitalisation plus courts.

L'U.ME.SPE.-CSMF réclame un plan de santé publique pour l'enfant

Alors que le projet de loi santé porté par le gouvernement contient l’instauration d’un médecin traitant de l’enfant, l’U.ME.SPE.-CSMF estime que cette mesure prise isolément ne résout rien et doit être intégrée dans le contexte plus large et indispensable d’une politique de santé de l’enfant ambitieuse.

Projet de loi Santé : l’U.ME.SPE. - CSMF oppose l’expertise spécialisée au démantèlement des spécialités

L’U.ME.SPE.-CSMF s’inquiète de la volonté de certaines organisations de vouloir s’approprier une partie des compétences et missions accomplies par d’autres.

L’U.ME.SPE.-CSMF constate que le projet de loi Santé, non seulement ignore la médecine spécialisée libérale mais, surtout, qu’il découpe les compétences de certaines spécialités pour les attribuer à d’autres, voire à des professionnels de santé non médecins.

Contrats responsables : l’U.ME.SPE.-CSMF s’oppose au projet de décret

L’U.ME.SPE.-CSMF dénonce la duplicité du gouvernement qui ne va pas au bout de son engagement dans le cadre du contrat d’accès aux soins (CAS).

En effet, l’U.ME.SPE.-CSMF a eu connaissance du projet de décret concernant le cahier des charges des contrats responsables et constate que le gouvernement, qui a voulu le CAS dans un souci d’accès aux soins, ne favorise pas la prise en charge des compléments d’honoraires maîtrisés des médecins signataires du CAS.

Télémédecine : l’U.ME.SPE.-CSMF demande l’ouverture du chantier tarifaire dans le cadre conventionnel

Alors que se déploient les appels à candidature pour la télémédecine et les projets de coopération entre la ville et l’hôpital, au travers de l’expérimentation « Territoires numériques » dont l’objectif déclaré consiste à permettre aux usagers une prise en charge de proximité, l’U.ME.SPE.-CSMF constate que les spécialistes libéraux ont encore été écartés de ce dispositif. Dispositif qui, par ailleurs, semble permettre de préfigurer la tarification.

Cardiologie libérale : l’U.ME.SPE.-CSMF dénonce l’entreprise de démolition des ARS

En dépit des avertissements déjà lancés, l’U.ME.SPE.-CSMF constate que de nombreuses Agences Régionales de Santé se livrent à des pratiques discriminatoires qui pénalisent, de façon systématique, la cardiologie libérale des établissements de soins privés. C’est le cas, notamment, dans les Pays de la Loire, le Nord Pas-de-Calais et l’Auvergne, où les lignes de garde sont attribuées prioritairement aux hôpitaux.

Pages