Communiqués de presse Les Spé-CSMF

MEDECIN REFERENT : LES MASQUES TOMBENT

L'U.ME.SPE./C.S.M.F.  a lu, avec consternation, le communiqué commun MG France - Espace Généralistes - FMF Généralistes, concernant le médecin référent.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. a toujours souhaité qu'une période de lissage soit mise en place pour permettre le passage de ceux qui avaient l'option de médecin référent vers la responsabilité médicale de médecin traitant sans perte financière.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. reste le premier syndicat représentant les médecins spécialistes libéraux

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. remercie les médecins spécialistes libéraux qui
lui ont permis de rester la première force syndicale représentant la
médecine spécialisée. Ce résultat est remarquable dans le cadre
difficile de la réforme du système de soins et d'une communication
globalement anti-spécialistes des caisses d'assurance maladie.

LA SOLIDARITE DE L'U.ME.SPE.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. a toujours été le lieu où s'exprimait la
solidarité de tous les médecins spécialistes libéraux. Face à la
médiatisation désastreuse du parcours de soins, l'U.ME.SPE s'était
engagée à obtenir des compensations de restructuration pour les
spécialités pénalisées et menacées financièrement.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. a vu, avec satisfaction, la publication tant
attendue des dernières modalités de nomenclature issues de l'avenant
n°12.

GHS ET ACTES FRONTIERES

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. ne peut accepter la décision arbitraire de la
Mission T2A, au sein de la DHOS, de décider unilatéralement l'exclusion
d'un certain nombre d'actes techniques réalisés dans les établissements
de soins depuis de très nombreuses années de la tarification des GHS
mise en place depuis le 1er mars 2005.

L'APPLICATION, POUR LES MEDECINS SPECIALISTES, DE L'AVENANT N°12

L'application, pour les médecins spécialistes, de l'avenant n°12

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. a vu, avec consternation, l'avis rendu par l'UNOCAM concernant les majorations mises en place par l'avenant n° 12 et publié au Journal Officiel concernant les médecins spécialistes dont les revenus avaient été diminués par une mauvaise explication du parcours de soins par les caisses primaires d'assurance maladie.

Pages