Communiqués de presse Les Spé-CSMF

COMMUNIQUE DE PRESSE - Et la permanence des soins des médecins spécialistes ?

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. rappelle que la pénibilité liée à la permanence des soins des médecins spécialistes n'est prise en charge que d'une manière incomplète à la suite des accords d'août 2004.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. constate que la Direction de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins (DHOS) impose aux établissements des services d'urgence, complétés par des astreintes de nombreuses spécialités médicales, sans en assurer la charge financière.

COMMUNIQUE DE PRESSE - LES SPECIALITES CLINIQUES OUBLIEES

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. attire l'attention du gouvernement sur le marasme dans lequel exercent actuellement les spécialités cliniques, tant du point de vue financier que dans la reconnaissance de l'efficience qu'elles apportent dans l'organisation des soins.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. s'indigne que le gouvernement ne publie pas au Journal Officiel les dernières conséquences des avenants 23 et 24 concernant l'aménagement de l'utilisation du C2 pour les spécialités cliniques.

Communiqué de presse - LES ETATS GENERAUX : RETABLIR LA CONFIANCE

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. a déploré l'oubli initial des médecins exerçant des spécialités cliniques, complément indispensable des médecins généralistes dans l'accès aux soins primaires, dans le cadre des Etats Généraux de la Santé.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F.  a constaté avec satisfaction l'inclusion, même tardive, des divers spécialistes concernés dans la deuxième partie des Etats Généraux commune aux autres professions de santé.

COMMUNIQUE DE PRESSE - DEPASSEMENT ET SECTEUR OPTIONNEL

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. a lu avec attention les propos de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, dans « La Croix » d'aujourd'hui concernant sa préoccupation sur les modalités des dépassements des médecins exerçant dans le secteur 2.

L'U.ME.SPE./C.S.M.F. a toujours soutenu toute démarche de transparence préservant les relations de confiance médecins/malades qui correspond à la pratique quotidienne de la plus grande majorité des médecins et des chirurgiens.

Pages