Communiqués de presse Les Spé-CSMF

POUR UNE POLITIQUE COHERENTE DES URGENCES HOSPITALIERES

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, s’étonne de la politique incohérente des services d’urgences prônée par la Fédération Hospitalière de France.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. rappelle que, d’une part, les patients se plaignent, à juste titre, de délais d’attente trop longs aux urgences et, d’autre part, les médecins urgentistes sont victimes d’un « burn out » et de l’agressivité de certains patients.

UN NOUVEAU CONTRAT SUR OBJECTIFS DE SANTE PUBLIQUE

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, se félicite de la signature de l’avenant N°10 concrétisant la mise en place d’un contrat sur objectifs de santé publique pour les hépato-gastroentérologues faisant suite à celui mis en place précédemment pour les cardiologues.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. se félicite que ce contrat mette en exergue le rôle d’hépato-gastroentérologue consultant ayant, en particulier, une action déterminante dans l’application des référentiels pour les suivis des patients pris en charge pour un cancer colorectal. Ce sont toutes les relations médecins traitants/médecins correspondants qui sont renforcées au bénéfice des patients.

LA BIOLOGIE LIBERALE EN DANGER !

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, s’inquiète de l’avenir de la biologie libérale mise en danger par les différentes mesures de baisses tarifaires appliquées depuis plusieurs années.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. constate que, désormais, ces baisses tarifaires n’ont plus aucune justification de productivité, vont conduire à des milliers de pertes d’emploi et à la fermeture de nombreux laboratoires de biologie, d’une manière identique aux fermetures des cabinets de radiologie de proximité.

LA PERMANENCE DES SOINS EN ETABLISSEMENTS PRIVES INSUFFISAMMENT REMUNEREE

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, dénonce la diminution de prise en charge financière des médecins spécialistes auxquels on impose gardes ou astreintes dans le cadre de la permanence des soins des établissements  privés.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. constate que ce financement, déjà largement insuffisant, est en train de diminuer à la suite d’arbitrages faits par les ARS et profitant essentiellement aux établissements de soins publics.

LA REMUNERATION DE TOUTES LES PENIBILITES ET MISSIONS DE SERVICE PUBLIC

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, se félicite de la réponse positive de la Ministre de la Santé, Marisol TOURAINE, aux conditions de travail et de rémunération des internes. Le temps où les internes étaient taillables et corvéables à merci est révolu, il doit en être de même pour les médecins spécialistes libéraux.

ARS : DANGER DE LA DEFINITION DE « BONNES PRATIQUES » A L’ECHELON REGIONAL

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, avait attiré l’attention de la Ministre, Roselyne BACHELOT, sur l’un des risques de mise en place des Agences Régionales de Santé avec l’élaboration de « pratiques régionales » sans cohérence au niveau national.

LES ENGAGEMENTS DE LA MINISTRE POUR LUTTER CONTRE LES DESERTS MEDICAUX : LA PLACE DE LA MEDECINE SPECIALISEE DE PROXIMITE OUBLIEE ?

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, se félicite que la Ministre de la Santé, Marisol TOURAINE, propose des mesures complémentaires à celles déjà mises en place par les conventions médicales pour lutter contre les déserts médicaux.

GESTION MEDICALE VERSUS GESTION ADMINISTRATIVE

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, s’étonne que la Caisse Nationale d’Assurance Maladie mette en place des dispositifs de suivi de patients liés à leur pathologie ou publie des analyses statistiques d’activité sans consensus ou analyse conjointe des études ou des propositions avec les Conseils Nationaux des spécialités concernées.

Pages