Communiqués de presse Les Spé-CSMF

INTERVIEW EXCLUSIVE de Madame Agnès BUZYN par le Dr Patrick GASSER, président

Interview exclusive "questions / réponses"  de Madame Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, par le Dr. Patrick GASSER - président - 2è Etats Généraux de la Médecine Spécialisée qui se sont déroulées le Samedi 17 Novembre à PARIS.

"Quelle est votre vision de la médecine spécialisée de demain ?"

"Quels autres modèles que les CPTS pour la médecine libérale spécialisée ?"

"Comment porter concrètement la pertinence et la qualité des prises en charge sur le terrain ?"

"L'expertise des spécialistes apporte de la pertinence et de la performance !"

"Comment financer la transformation du système de santé et le travail des médecins ?"

"Quelles nouvelles formations médicales pour diversifier les exercices ?"

"Les étudiants en médecine pourront-ils se former aussi bien dans le secteur public que privé ?"

"Quels chantiers pour la médecine numérique du delà du DMP ?"

"Faut-il rénover les statuts des médecins pour un exercice décloisonné ?"

NOTE DE PRESSE - Dr. Patrick GASSER - ETATS GENERAUX DE LA MEDECINE SPECIALISEE - SAMEDI 17 NOVEMBRE 2018 - PARIS

Les Spé ont l’ambition de construire un projet global de refondation de l’engagement politique et social des médecins spécialistes dans notre système de santé. Projet qui englobe la prévention, le soin, la dépendance, la solidarité.

Notre démarche va s’effectuer en 3 temps. Le premier est celui de l’annonce et du lancement du projet. Les deuxièmes Etats Généraux en sont le « top départ ». Le second sera de mettre en place un mouvement de rassemblement le plus large possible intersyndical dépassant les clivages politiques, les appartenances professionnelles (privé, public, lucratif ou pas). Un mouvement dont l’ambition est de faire reconnaitre la place du médecin spécialiste, expert, quel que soit son statut, libéral ou hospitalier, un médecin expert accessible à tous les usagers et dans tous les territoires. Pour se faire, nous analyserons collectivement notre environnement, échangerons sur les perspectives qui se dessinent à l’aune des années 2020/2025. Dès le début de l’année 2019, nous communiquerons une première analyse critique la plus consensuelle possible sur les propositions de la stratégie de transformation du système de santé, « ma santé 2022 » présentée le 18 septembre dernier par le Président de la République et portée par Madame A. Buzyn et F. Vidal. Un rapport en direction des usagers et des médecins spécialistes. L’ambition est bien de créer un mouvement avec toutes les bonnes volontés pour Inventer, Promouvoir la médecine spécialisée de demain, de permettre à tous les usagers d’accéder à l’expertise en ambulatoire et dans tous les établissements de soins. La perte de chance est inconcevable et inacceptable, c’est de la responsabilité de la médecine spécialisée de répondre à ce sujet.

                      Ce n’est pas créer une nouvelle fédération !

Le troisième temps, sera résolument tourné vers l’action, avec la construction d’une « maison de la création et de l’innovation », lieu de rendez-vous entre tous les acteurs du monde de la santé. Une des missions sera d’identifier des pistes d’organisations, d’accompagner, au travers d’outils modernes, la mutation indispensable pour apporter un accès à tous à l’expertise et à l’innovation. A nos yeux, ce sujet est aujourd’hui la plus grande source inégalité en santé .......... (télécharger le document complet).

Dr. Patrick GASSER
Président

Communiqué de presse "Ma santé 2022" MEDECINS SPECIALISTES : UN DEBUT DE RECONNAISSANCE !

Le Bureau des « Spé-CSMF » a analysé le discours du Président de la République « ma santé 2022 » et considère avec intérêt l’esprit du discours et les propositions avancées.

Pour la première fois, le terme de médecin spécialiste a été prononcé officiellement dans une expression politique concernant la santé. Etre spécialiste libéral n’est plus une infamie.

L’analyse de la situation ne peut être que partagée, le mal-être des soignants est prégnant et les inégalités, en matière de santé et d’accès à l’expertise, s’accentuent. Les objectifs sont définis et sont consensuels mais les solutions sont encore à construire ensemble (privé, public) sans déséquilibre. Le Président a défini un certain nombre des modalités pour y parvenir.

Le nécessaire travail en groupe et l’indispensable coordination, entre le médecin généraliste et le médecin spécialiste libéral expert, doivent être un des piliers de la reconstruction de notre système de soins, nous souhaitons, ensemble, développer un parcours pertinent de prise en charge diagnostique et thérapeutique pour un patient, le diabète en est l’exemple, trop souvent le patient diabétique n’a pas rencontré l’endocrinologue.

Permettre à la médecine spécialisée de restructurer son offre de soins en donnant à tous les patients la possibilité d’être accompagnés, notamment par des « assistants médicaux, médico-techniques », est un premier pas. Le développement du travail aidé est primordial et à développer pour donner une réponse adaptée et si possible rapide.

MOTION DU COMITE DIRECTEUR "LES SPE-CSMF" du 14 SEPTEMBRE 2018

Le Comité Directeur des « SPÉ-CSMF » a constaté, à la suite d’une alerte lancée par les médecins échographistes et les hépato-gastroentérologues, une baisse tarifaire de l’échographie abdominale sans doppler.

Cette baisse de tarif n’était pas prévue dans le cadre de l’accord du plan imagerie, signé par la FNMR et la caisse nationale d’Assurance Maladie que « Les SPÉ-CSMF » ont largement accompagnés.

La façon de gérer les accords entre deux contractants n’est pas admissible par les autres spécialités qui sont impactées après ces modifications tarifaires. « Les SPÉ-CSMF » considèrent qu’il s’agit d’un coup de poignard dans un partenariat qui venait d’être remis en place.

Communiqué de presse Les Spé - FAIRE DISPARAITRE LA MEDECINE SPECIALISEE LIBERALE DE PROXIMITE ?

« Les Spé » ont pris connaissance des données de l'Union nationale des associations de gestion agréées. Pour la première fois, les revenus de la médecine de spécialité sont globalement en baisse pour une majorité des médecins spécialistes. Ces chiffres reflètent l’absence de considération des pouvoirs publics vis-à-vis de l’ensemble des spécialités médicales, médicotechniques et chirurgicales ; d’ailleurs, les politiques n’ont de cesse de stigmatiser les médecins spécialistes et les compléments d’honoraires pourtant indispensables à leur exercice. Ces données en sont la preuve et justifieront la construction, demain, d’un espace de liberté tarifaire pour tous les médecins.

La France est un des seuls pays à conserver un maillage territorial de spécialistes aussi développé. Les spécialistes apportent l’expertise, la qualité des prises en charge dans la proximité. La médecine spécialisée est le vecteur de l’innovation, elle est le pilote du parcours pertinent, le gestionnaire de la prise en charge efficiente de l’usager dans le cadre de sa pathologie. Comment justifier des niveaux aussi faibles pour certaines spécialités, endocrinologie, pédiatrie, psychiatrie, biologie … qui ont nécessité tant d’années d’investissement, d’études et de formation (en moyenne 10 ans) ?

Communiqué de presse - Les Spé-CSMF SE PRONONCENT SUR L'AVENANT N° 6

Un comité directeur extraordinaire des « Spé-CSMF » s’est tenu le mercredi 23 mai 2018 pour analyser le projet d’avenant n° 6, Télémédecine. Ce texte est en deçà des attentes du terrain.

La téléconsultation, outil novateur et indispensable pour la prise en charge demain de toute la population sur l’ensemble du territoire, reste limitée à la prise en charge du patient connu par le médecin téléconsultant. L’avis ponctuel de consultant n’est pas, pour l’instant, reconnu par l’Assurance Maladie dans le cadre de cet accord conventionnel. Il est indispensable, dans un avenir proche, d’élargir le champ de la téléconsultation à tous les patients pour toutes les formes de demande pour, ainsi, coller au mieux aux usages de cette forme de prise en charge dans le cadre d’un panier de soins défini.

Dans le même registre, « Les Spé-CSMF » s’interrogent sur le niveau de rémunération de 12 et 20 euros pour une « téléexpertise », ces montants sont-ils dignes de l’expertise du médecin ? Il ne peut s’agir que d’une erreur de sémantique et nous pensons qu’ils s’apparentent à un simple conseil, voire à un télé-suivi. La caisse n’a pas à avoir peur de l’explosion des dépenses tant le niveau de rémunération est ridicule pour un médecin spécialiste expert dans son domaine de compétence. Il est bon de rappeler que la valeur cible est de 17 euros pour la lecture de la rétinographie par un ophtalmologue. Du chemin reste à parcourir pour honorer le médecin spécialiste à sa juste valeur !

Communiqué de presse "Les Spé-CSMF" - UN « PLAN IMAGERIE » CENTRÉ SUR LA PERTINENCE POUR RETROUVER LA CONFIANCE

Le Bureau des « Spé-CSMF » a analysé le protocole d’accord entre la CNAM et la FNMR sur l’imagerie médicale. Ce texte est innovant car, pour la première fois, il est construit au travers d’un prisme médical même si l’objectif premier est celui de diminuer les dépenses de santé en imagerie.

Les « Spé-CSMF » constatent que les deux parties ont fait le pari de la pertinence des actes au travers d’un meilleur ciblage des prescriptions et de la réalisation des actes d’imagerie. Cet accord engage clairement, aujourd’hui, tous les acteurs de la prise en charge des patients. Les patients seront aussi des acteurs responsables de la réussite de cette démarche innovante en acceptant cette méthode de pertinence.Ce plan est d’autant plus innovant qu’il réintroduit la valeur du Z, perdu en avril 2017, en cas d’atteinte des objectifs prédéfinis. Une architecture volontariste et ambitieuse est posée en installant un partage, une redistribution des gains si les objectifs sont dépassés.

Cette démarche est aussi identique dans le cadre plus spécifique de l’échographie qui aujourd’hui est en progression exponentielle. Les spécialités réalisant ces actes sont, elles aussi amenées à s’engager dans une même procédure indispensable au maintien des tarifs. De la même façon, il sera impératif de valoriser l’avis d’expert concomitamment à l’acte d’échographie. Ces deux procédures ne peuvent plus être niées.

Communiqué de presse - "AVENANT TELEMEDECINE" PREMIER PAS VERS LA MEDECINE DE SPECIALITE

Le Bureau des « Spé-CSMF » a analysé les propositions négociées dans le cadre de l’avenant dit « télémédecine » de la convention médicale. Des avancées ont été obtenues mais le constat est mitigé.

L’ouverture de la consultation à toute la population dès septembre 2018 par voie numérique est une excellente initiative car elle répond à une demande de plus en plus importante des patients et sa réussite dépend d’une part de l’accompagnement des pouvoirs publics au travers d’un développement actif du réseau numérique encore très insuffisant, d’autre part du remboursement de la consultation.

Pour l’aspect télé expertise, le niveau de rémunération reste très en-dessous des propositions tarifaires des syndicats, par contre sa reconnaissance confirme bien l’importance de la médecine spécialisée d’expertise dans la prise en charge de l’ensemble des maladies chroniques. Un suivi médico économique devra être rapidement mis en place pour analyser l’impact sur la qualité et la pertinence des prises en charge. Si l’analyse s’avère concluante en terme médico économique, il sera impératif de revaloriser ces tarifs sous peine d’un arrêt complet de la démarche initiée. S’il est vrai que la médecine a un coût, il faut se souvenir que l’innovation a un prix.

Communiqué de presse - UN COMPROMIS POUR UN AVENIR DE NOTRE SYSTEME DE SANTE

Les « Spé-CSMF » dénoncent la politique du rabot tarifaire menée par le gouvernement dont la CNAMTS est le bras armé.

Depuis plusieurs mois, la Caisse d’Assurance Maladie élabore, à grande échelle, un plan d’économie aux dépens des médecins spécialistes. Jamais un plan n’avait été aussi important. Un plan triennal d’imagerie, en cours de négociation, impactera en priorité nos collègues radiologues mais bien d’autres spécialités sont ou seront touchées. Ces baisses tarifaires concernent des examens contribuant à la prise en charge du diagnostic de nos patients et risquent, à moyen terme, d’impacter la qualité mais, aussi, la réalisation de ces actes en proximité.

Pour la radiothérapie, les diminutions tarifaires sont déjà effectives, espérons que l’impact de ces diminutions ne déstabilisera pas les structures de radiothérapie de proximité tant libérales que publiques.

Pages