Communiqués de presse des Spécialités

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNARF - Clash au ministère

L’ensemble des syndicats médicaux, dont le SNARF présent lors des discussions dans les délégations de la CSMF et du SML, a décidé de quitter définitivement le groupe de travail sur le service public hospitalier (SPH).

Le projet de loi Santé que nous vous avons largement commenté, rédigé dans le secret des bureaux ministériels pendant une année sans aucune concertation avec les médecins, dévoilé au dernier trimestre de l’année 2014 devait être passé en force en début d’année.

Une mobilisation sans précédent de toutes les forces médicales, syndicats horizontaux, syndicats de spécialités, généralistes, spécialistes, Ordre des médecins, internes et chefs de cliniques fut nécessaire pour obtenir un report de cette loi au mois d’avril, associé à une promesse de réécriture.

En fait de réécriture, les réunions auxquelles furent invités les syndicats ne furent que des parodies de négociations, mises en scène pour donner l’impression que tout avait été négocié alors que rien ne devait bouger.

Pendant ces négociations, la Ministre affirmait dans ses courriers à la FHF, dans ses déclarations diverses qu’elle ne reviendrait pas sur les points de blocage.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNORL - Election du Président et du Bureau du SNORL : les objectifs, eux, ne changent pas

Le SNORL, lors de son Conseil d’Administration du 30 janvier 2015 a réélu son Président pour une période de 3 ans, le Docteur  Jean Michel KLEIN.

Le nouveau Bureau 2015/2018 est composé de :

1er Vice-Président : Dr. Michel Hanau (Amiens)
Vice-Présidents :      Pr. André Chays (Reims) - Dr. Michel Virte (Nancy) - Dr. Philippe Letreguilly (Avranches) -
Secrétaire Général :  Dr. Paul-Henri BOLLA (Arpajon)
Secrétaire Général Adjoint :  Dr. Jean-Marc Juvanon (Nemours)
Trésorier                  Dr. Jean Pacalon  (Besançon)
Trésorier Adjoint :    Dr. Gérard Cina (Mérignac)

Le SNORL rappelle son opposition à la loi de Santé considérant que ce projet vise à soviétiser la médecine libérale française à l’instar de ce qui s’est fait pour la médecine hospitalière. Cette loi aboutira, à terme, à la démotivation des médecins.

Communiqué de presse - POUR UNE LOI EN BONNE SANTE, LE SNORL PERSISTE ET ....

Le SNORL réaffirme son mot d’ordre d’utilisation de la feuille de soins papier,  autant que faire se peut et en respectant les difficultés vécues ou perçues par nos patients

Le SNORL remercie les Centrales Syndicales (CSMF, FMF et SML) de leur front uni qui donne force et cohésion à ce mouvement.

Le SNORL renouvelle son refus de cette future loi de santé 2015.
Elle remplace les valeurs humanistes de notre pratique et notre engagement quotidien par un système de santé planifié, codifié et normalisé.

Communiqué de presse du SNMV - GREVE DE LA TELETRANSMISSION


Le Syndicat National des Médecins Vasculaires invite TOUS les médecins vasculaires à arrêter de télétransmettre les feuilles de soins, jusqu'à nouvel ordre.

Le projet de Loi de Santé dans tous ses aspects, avec comme mesure phare la mise en place du tiers payant généralisé, représente la mort annoncée de la médecine libérale.

Le poids de la gestion administrative de cette seule mesure, dans un pays où règnent encore des dizaines de régimes spéciaux, entraînera inévitablement pour les praticiens une charge de travail et un surcoût intolérables, et au-delà la fermeture de nombreux cabinets médicaux de proximité.

Où est la facilité d’accès aux soins pour nos patients ? Où est le choc de simplification pour les praticiens, annoncé à grand bruit ?

La méconnaissance de notre exercice, le dogmatisme, l’acharnement de nos dirigeants contre notre profession par des contraintes toujours plus nombreuses, des charges financières toujours plus lourdes, nous amènent à ces mesures qui, nous l’espérons, permettront d’ouvrir rapidement de vraies négociations.

Communiqué du 7 01 2105 - LA FNMR MAINTIENT SA MOBILISATION CONTRE LE PROJET DE LOI DE SANTE

La FNMR se félicite de la participation massive des médecins radiologues (80%) au mouvement  de  fermeture  des  cabinets  et  à  la  grève  des  urgences  du  24  au  31 décembre.
Par leur participation à ce mouvement, les médecins radiologues ont montré leur totale opposition à un projet d'étatisation de la médecine libérale qui les touchera directement par les pouvoirs accrus des ARS, par exemple, en matière d'autorisation d'équipements lourds.

La FNMR a obtenu par ce mouvement la reconnaissance du caractère indispensable des médecins radiologues dans la permanence des soins par leur réquisition sur toute la France. Les ARS doivent maintenant mettre en place des lignes d’astreinte rémunérées comme pour les autres spécialités.

La FNMR regrette la position de la FHP qui, après avoir négocié seule avec le ministère, sans obtenir aucune garantie, a retiré son mot d’ordre de grève dans les établissements privés.

Communiqué du SGM - Syndicat des Gynécologues Médicaux

  NON à la loi de Santé - TROP C ‘EST TROP !
Comme tous les syndicats médicaux unanimes, le SGM appelle à la fermeture des cabinets de gynécologie du 23 au 31 Décembre.
NON au tiers payant généralisé et obligatoire : bureaucratisation,  mise sous tutelles des organismes payeurs et 1ère étape d’une privatisation de l’assurance maladie ...
• NON à l’étatisation du système de santé : démantèlement de la convention, tout pouvoir des ARS, mise en place de cartes sanitaires, prescriptions encadrées ….
• NON au monopole de l’hôpital public
• NON au démembrement de la fonction médicale et à la délégation des tâches aveugle par l'Etat sans concertation des professionnels

• NON à la confiscation de nos droits à la formation : le DPC est un droit conventionnel qui ne peut être réduit des 3/4

Préservons l’exercice médical et sa qualité - Refusons l’inflation administrative

Syndicat National de l'Appareil Respiratoire - SAR - LE PROJET DE LOI DE SANTE

 
Le projet de loi de Santé vise à étatiser les soins des médecins libéraux.
Si cette loi passe, c’est la mort de la médecine libérale
L’avenir de notre métier et de nos libertés sont en péril
Le SAR demande à l’ensemble des Pneumologues Libéraux d’arrêter toute activité que ce soit en consultation au cabinet et même au-delà,
en refusant toute permanence de soins dans la période du 24 au 31 décembre.

Communiqué du SNPF 17 12 2014

Le SNPF a pris connaissance du report au mois d’avril de l’examen parlementaire du projet de loi de santé.

Il demande que ce report soit mis à profit  pour permettre la réécriture du projet de loi en concertation avec l’ensemble des professionnels de santé à laquelle les pédiatres demandent à être pleinement associés.

Le SNPF rappelle son opposition à la mise en place du médecin traitant de l’enfant sans qu’un plan de santé de l’enfant n’ait été préalablement rédigé.

Dans cette attente, le SNPF maintient son mot d’ordre de cessation d’activité en cabinet libéral et en maternité du 24 au 31 décembre 2014.

Contacts presse : - Dr Francis RUBEL - Dr Jean Claude FRANCESCHINI

Communiqué du SYMHOP - 15 12 2014

Le SymHop, Syndicat National des Médecins de l'Hospitalisation Privée, dénonce le projet de loi de santé adopté en Conseil des  Ministres le 15 Octobre et déposé depuis au Parlement.

Ce texte fait peser de lourdes menaces sur l'existence même de la médecine spécialisée libérale  et sur la pérennité des établissements de santé privés.

Ces établissements sont en effet exclus du service public hospitalier et ne pourront de ce fait être destinataires de missions de service public dont la permanence des soins.

Pour la même raison,  ils se heurteront à de grandes difficultés pour leurs demandes d'autorisation ou de renouvellement d'autorisation d'activité et d'équipement en matériel lourd puisque ces autorisations seront systématiquement attribuées à l'hôpital. Ainsi les établissements privés et les médecins qui y exercent n'auront plus les moyens d'investissement dans l'innovation pour une meilleure qualité des soins et pour la pérennisation de leur activité.

Commniqué du SYNDICAT NATIONAL DE LA MEDECINE NUCLEAIRE

Le Syndicat National de Médecine Nucléaire s'associe totalement et solidairement à l'appel à la grève des cabinets libéraux du 24 au 31 décembre 2014 en protestation contre le projet de Loi de Santé 2015.

Le Syndicat National de Médecine Nucléaire s'oppose au tiers payant généralisé obligatoire déplaçant le travail administratif des mutuelles vers les médecins libéraux sans la moindre contrepartie financière.

Pages