Brèves

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 19 DECEMBRE 2016

1. Vie conventionnelle

Tiers payant : la CSMF boycotte à nouveau la réunion du comité de pilotage

La CSMF annonce qu'elle ne se rendra pas à la seconde réunion programmée ce mercredi 14 décembre. Le syndicat du Dr Jean-Paul Ortiz dénonce tout à la fois la composition de ce comité, qui ne comporte que cinq représentants des médecins libéraux (sur 37 sièges), et la volonté de Marisol Touraine de passer outre l'opposition des libéraux à un dispositif qu'ils estiment trop chronophage et contraignant. Le Quotidien

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 9 NOVEMBRE 2016 - RETRAITE ET PREVOYANCE

1/    On ne peut liquider sa Retraite et - en conséquence - faire valoir ses Droits à Pension et toucher l’Allocation Vieillesse en rapport qu’à 2 conditions :

    -     Avoir demandé la liquidation de la totalité des régimes dans le trimestre civil qui précède le trimestre de son mois de naissance ;

-     Etre à jour de toutes les cotisations (sinon cela expose à ne percevoir que la pension du régime de base !).

2/     A la fin de l’exercice, lorsqu’on a atteint la possibilité de prendre sa Retraite « à Taux Plein », depuis la Loi du 20 Janvier 2014 ("Avenir et Justice des Systèmes de Retraite"), on ne peut dissocier les liquidations des différents Régimes (se souvenir qu’on a eu plusieurs caisses de rattachement selon son profil professionnel et le cursus avec, en particulier, des annuités de salariat) sous peine de s’exposer :

    -     A continuer de cotiser sans attribution de points ;

    -     Ne pouvoir être éligible au Cumul Activité - Retraite déplafonné.

FLASH INFO UMESPE-CSMF du 25 NOVEMBRE 2016

FLASH INFO

I. Tiers payant 

D’ici à la généralisation du tiers payant, prévue pour le mois de janvier, les caisses ont quand même intérêt à s’acheter une conduite… Si l’on en croit une récente thèse sur le sujet soutenue à Toulouse au début de l’été, le tiers payant coûterait en effet assez cher en temps et en argent aux médecins qui le pratiquent. Le Généraliste
 
Les assureurs complémentaires ont reçu les syndicats médicaux pour leur présenter le dispositif de tiers payant généralisé (TPG), qui doit être opérationnel au 1er janvier 2017. La CSMF a réitéré son opposition totale au dispositif qu'elle a toujours combattu, symbole de la "dérive bureaucratique de notre métier".  Egora

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 3 NOVEMBRE 2016

1. Publication de la convention médicale pour 2016-21 au Journal officiel. PARIS, 24 octobre 2016 (APM) - L'arrêté approuvant la convention médicale pour 2016-21 a été publié dimanche au Journal officiel. Le texte a été signé le 25 août à l'issue de plus de six mois de négociations par trois des cinq syndicats représentatifs des médecins libéraux (Fédération des médecins de France -FMF-, syndicat de médecins généralistes MG France et union syndicale Le Bloc regroupant les spécialistes des plateaux techniques lourds) et l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam), dans un climat de pragmatisme. La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et le Syndicat des médecins libéraux (SML) ont refusé de parapher le texte, tandis que l'Union nationale des organismes complémentaires d'assurance maladie (Unocam), qui devait pourtant financer une partie des revalorisations prévues, n'a pas souhaité y adhérer pour l'instant. Arrêté du 20 octobre 2016 portant approbation de la convention nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l'assurance maladie signée le 25 août 2016

2. L'Umespe présente ses propositions pour l'avenir des médecins des plateaux techniques lourds.

FLASH INFO 08 JUILLET 2016

FLASH INFO
DERNIERE MINUTE : NEGOCIATION CONVENTIONNELLE 07/07/2016
Propositions de la CNAM : insuffisantes, sans ambition ! La CSMF claque la porte
Communiqué de la CSMF

 Communiqué de presse CSMF AOC -MEDECINS LIBERAUX EN PLATEAUX TECHNIQUES LOURDS
du 5/07/2016 - Le 7 juillet : la CNAM jouera sa responsabilité pour une convention médicale
signée ou pas ! 

NEWSLETTER de l’U.ME.SPE. du 06/07/2016 - Echec annoncé pour une négociation passéiste 
Communiqué de presse de l’U.ME.SPE. du 07/07/2016 – Une insulte à la médecine spécialisée

Newsletter - Échec attendu pour une négociation passéiste

NEWSLETTER
Des propositions, on ne peut pas dire, il y en a ! Des farfelues, parfois des structurées ? Rarement des censées. Mais répondront-elles aux besoins et à la prise en charge attendue par la population ? Ces propositions sont dépassées et il est surtout temps de se tourner vers la valorisation des prises en charge ! 4 mois de négociation, aucune volonté de profond changement indispensable pour une médecine libérale qui doit se tourner vers l’avenir.

Les discussions entamées n’ont rien à voir avec l’objectif que s’est donné l’U.ME.SPE. La mise en place d’une politique de revenus n’est pas notre objectif et 2 € ne seront pas le moyen de faire revenir les jeunes vers nos métiers, d’être les bâtisseurs de l’avenir de notre système de soins.

Les inepties n’ont pas manqué ! Discréditant parfois même toute la profession. Passant par la ponction de quelques milliards aux urgences et Samu, à des positions aberrantes sur la vaccination... Globalement une vision de bisounours sans vraie réflexion structurée.

NEWSLETTER - UNE CONVENTION LOINTAINE

NEWSLETTER
Trois mois de négociations conventionnelles, peu de concret, rien d’acceptable. Certains affirment qu’ils ont imposé les 25 euros, d’autres quittent une séance sous des prétextes injustifiés et reviennent comme si rien ne s’était passé ! Un coup médiatique qui a fait « pschitt »… Par contre quelle crédibilité? Les jeunes internes, étudiants en médecine, qui, au regard de leur futur statut de Docteur, souhaitent s’imposer dans une négociation qui n’est pas la leur… Finalement, un vaudeville désolant et peu attrayant !!

Sur le fond, peu de nouveautés pour préparer la profession à la profonde mutation qui attend le secteur de la santé dans les années à venir. Les acquis sociaux, au travers de la prise en charge des cotisations, sont sanctuarisés et confortés, ils ont vocation à s’étendre à la femme enceinte médecin libéral, mais seulement en secteur 1 au travers d’indemnités journalières !

Des aides publiques à l’installation pour tenter d’apprivoiser et de fixer les jeunes médecins, plutôt généralistes, dans les zones dites sous denses, 50 000 Euros c’est le prix, c’est alléchant, mais est-ce structurant ? Quant au virage ambulatoire porté à grand renfort médiatique, il n’est toujours pas accompagné. Ce virage se résume-t-il à 2 Euros, à l’élargissement d’un forfait médecin traitant de l’enfant et à des mesures forfaitaires ?

Pages