Brèves

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 17 MAI 2017

I. Les réformes des études médicales font polémique

  • La nouvelle liste des diplômes d'études spécialisées en médecine

PARIS, 28 avril 2017 (APM) - L'arrêté énumérant les 44 diplômes d'études spécialisées (DES) ouvrant droit à la qualification de spécialiste, dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études de médecine (TCEM), a été publié au Journal officiel. La liste, qui doit s'appliquer à compter de la rentrée universitaire 2017-2018.  Deux autres textes sont attendus dans le cadre de la finalisation de cette réforme : un décret relatif au statut de l'étudiant de TCEM et un arrêté fixant notamment les maquettes de formation des FST. (Journal Officiel)

  • Etudes de santé : 8 nouvelles universités expérimenteront la réorientation précoce et les passerelles

PARIS, 9 mai 2017 (APMnews) - Un arrêté publié samedi au Journal officiel autorise 8 universités supplémentaires à expérimenter des dispositifs de réorientation précoce des étudiants engagés dans des études de santé, ainsi que des passerelles entrantes vers ces filières. L'article 39 de la loi du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche a prévu 2 types d'expérimentation : la réorientation de certains étudiants de la 1ère année commune aux études de santé (Paces) dès l'année universitaire en cours, et des passerelles entrantes vers la 2e ou 3e année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de maïeutique, après 1 à 3 ans d'un 1er cycle universitaire conduisant à un diplôme national de licence.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 4 MAI 2017

Remboursements et déremboursements des médicaments, des usagers et des médecins...  Un sujet délicat et conflictuel

  1. Généralités
     
  • L'Ondam 2017 devrait être tenu grâce aux mises en réserve (comité d'alerte)
    PARIS, 13 avril 2017 (APMnews) - La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2017 a fixé l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) à 190,7 milliards d'euros (+2,1%). Dans son avis de jeudi, l'instance constate d'abord que l'Ondam 2016 a été globalement respecté.
     
  • Médecins et usagers débattent de l'avenir du reste à charge
    La légitimité du reste à charge a été l'objet d'un vif débat, lors d'un récent colloque à Paris. Le Dr Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la Mutualité française, a mis les points sur les « i » : le reste à charge n'augmente pas et les mutuelles ne remboursent pas moins bien. Les représentants des médecins se sont ensuite employés à minorer la part des dépassements d'honoraires dans le reste à charge, tout en reconnaissant que ce dernier était inégalitaire« L'assurance-maladie s'est désengagée des tarifs des médecins, or certains compléments d'honoraires sont indispensables à certains médecins dans des zones comme le centre-ville de Paris, où le coût de l'immobilier est très élevé », a expliqué le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF. Quotidien du Médecin
     
  • Complémentaire santé : nouveau bond des bénéficiaires de l'ACS en 2016
    PARIS, 13 avril 2017 (APMnews) - Le nombre de bénéficiaires d'une attestation pour l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) a de nouveau progressé en 2016 (+8,2%). Depuis le 1er juillet 2015, les personnes éligibles à l'ACS doivent choisir, pour percevoir l'aide, l'une des 11 offres de complémentaire sélectionnées par l'Etat sur des critères de prix et de qualité.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 20 AVRIL 2017

Lancement dans 3 régions du 116 117, numéro national d'appel unique pour la permanence des soins ambulatoires

PARIS, 5 avril 2017 (APMnews) - Le nouveau numéro national d'appel unique pour la régulation de la permanence des soins ambulatoires (PDSA), le 116 117, est opérationnel depuis mercredi dans 3 régions (les Pays-de-la-Loire, la Corse et la Normandie).

Accès à un médecin de garde : top départ pour le 116 117 dans trois régions. Le déploiement national de ce numéro est prévu pour la fin de l'année 2017. Il sera accessible tous les soirs après 20 heures, le week-end à partir du samedi midi et les jours fériés – soit aux horaires de la PDS. « En journée, durant la semaine, le 116 117 ne sera pas accessible puisqu’il n’a pas vocation à se substituer aux consultations assurées par le médecin traitant », précise le ministère. 

Clarification incomplète ? Cette latitude laissée aux ARS n'est pas du goût du Dr Luc Duquesnel, président des « Généralistes CSMF ». Dans sa région, une concertation a été organisée par l'ARS et c'est le 116 117 qui a été choisi. « Mais si d'autres régions choisissent le 15ça contribuera à une mauvaise et coûteuse utilisation du système de soins », avec un recours possiblement excessif aux urgences hospitalières, met-il en garde. Le Dr Duquesnel est d'ailleurs formel : il y a une pression des SAMU pour conserver les appels de PDS dans le giron du 15. « Le 116 117 ne sera pas adopté partout », pronostique-t-il. Quotidien du Médecin

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 5 AVRIL 2017

Déserts médicaux : on en parle...

L’Assemblée Générale de la CSMF des 11 et 12 mars 2017 a défini la politique à venir de la CSMF sur deux axes principaux : l’accès géographique aux soins et l’accès financier aux soins (Lire l'intégralité de la note de presse).

PARIS, 21 mars 2017 (APMnews) - Un projet de décret définit le cadre du nouveau contrat de "praticien territorial médical de remplacement" (PTMR), destiné à favoriser les remplacements de médecins généralistes libéraux dans les zones déficitaires.

61 jours pour un spécialiste, 8 pour un généraliste : les délais d’attente se sont aggravés depuis 2012. Quotidien du Médecin

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 22 MARS 2017

NEWS SUR LES MODIFICATIONS CONCERNANT LE SECTEUR HOSPITALIER

Hôpital : 550 millions € d'ici 2021 pour financer deux programmes d'accompagnement du virage numérique PARIS, 15 mars 2017 (APMnews) –

  • Touraine annonce une baisse des tarifs hospitaliers
  • Marisol Touraine a en effet annoncé ce mercredi une nouvelle baisse des tarifs hospitaliers, de 0,9 % pour les hôpitaux et de 1,39 % pour les cliniques privées. «Compte tenu de l'augmentation prévisionnelle du volume d'activité», les tarifs pour la médecine, la chirurgie et l'obstétrique «seront amenés à diminuer» de 0,9 %, a justifié le ministère de la Santé. À cette baisse, les établissements privés se verront appliquer une décote supplémentaire de 0,49 % afin de « neutraliser » les effets du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et du pacte de responsabilité qui « s'appliquent aux seuls établissements privés ».  « Sentiment d'injustice » : Pour la CSMF, principal syndicat des médecins libéraux, le gouvernement « s'entête à prendre le problème à l'envers ». Dénonçant une vision, l'organisation demande au ministère «de sortir des postures dogmatiques et de recentrer l'organisation du système de santé autour de la médecine de ville, avec les moyens nécessaires ». Le Figaro
  • La CSMF proteste contre le sort fait au privé lucratif et "constate à travers ces chiffres l’inégalité flagrante de traitement entre les hôpitaux publics et les établissements privés." Le Généraliste

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 7 MARS 2017

LES DIVERSES PROPOSITIONS EN MATIERE DE SANTE POUR LES PROCHAINES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

  1. Que veut la Mutualité ?
  • Présidentielle : la Mutualité veut davantage de débats sur l'accès aux soins

PARIS, 21 février 2017 (APMnews) - La Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) veut encourager les débats sur les questions liées à l'accès aux soins (restes à charge, organisation de l'offre sur le territoire...), qu'elle juge insuffisamment présentes dans la campagne électorale. Le président de la FNMF, Thierry Beaudet, s'est exprimé devant la presse. La fédération va publier dans le même temps un sondage sur "les attentes des Français en matière de santé" commandé à Harris Interactive. Il a été réalisé en ligne auprès d'un échantillon représentatif de 2.000 Français majeurs, du 30 janvier au 7 février….

Thierry Beaudet a répondu que "le sujet majeur" est la refonte du code de la mutualité. Il s'est dit "optimiste" sur le fait que l'ordonnance soit publiée avant l'élection présidentielle d'avril-mai. La Mutualité aurait préféré que le Parlement la ratifie avant cette échéance, mais cela ne sera pas possible car la session parlementaire s'achève fin février.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 27 FEVRIER 2017

1. Protection maternité des médecins : ça bouge lentement... plus de neuf mois pour accoucher de propositions encore insuffisante !

- Protection maternité des médecins : la piste d'une aide différenciée selon le secteur conventionnel
Les négociations d'un avenant très attendu de la convention médicale ont débuté jeudi matin entre les syndicats de médecins et la Cnam. Il s'agissait de discuter des modalités de l'Avantage supplémentaire maternité (ASM)prévu dans la LFSS 2017. L'ensemble des syndicats de médecins demande en effet que cette aide soit applicable à toutes les femmes médecins. L'ASM a été pensée pour les aider à assumer les frais professionnels qui courent pendant la période de congé maternité.  Lors du vote à l'Assemblée, le gouvernement s'était montré défavorable au fait d'en faire bénéficier les médecins de secteur 2, et souhaitait réserver cet avantage aux secteurs 1 et 2-OPTAM. À l’issue de la première réunion de négociations, les syndicats n'ont pas eu gain de cause puisque l'assurance maladie a refusé l'extension de l'aide au secteur 2. Une alternative a cependant été évoquée: l'extension de l'ASM à toutes les femmes, mais dans une proportion différente si elles sont en secteur 1 ou en secteur 2.
Les syndicats espèrent un accord dans de brefs délais. Ardents défenseurs de l'ASM pour toutes les femmes, secteur 2 compris, ils ne veulent pas d'un compromis : "Le coût supplémentaire de son extension au secteur 2 serait pourtant epsilon", constate Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF. Réponse lors de la prochaine réunion de négociations sur l'ASM le 8 février.
Le Généraliste

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 19 DECEMBRE 2016

1. Vie conventionnelle

Tiers payant : la CSMF boycotte à nouveau la réunion du comité de pilotage

La CSMF annonce qu'elle ne se rendra pas à la seconde réunion programmée ce mercredi 14 décembre. Le syndicat du Dr Jean-Paul Ortiz dénonce tout à la fois la composition de ce comité, qui ne comporte que cinq représentants des médecins libéraux (sur 37 sièges), et la volonté de Marisol Touraine de passer outre l'opposition des libéraux à un dispositif qu'ils estiment trop chronophage et contraignant. Le Quotidien

Pages