COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNORL

Sauvegardez nos retraites !

La réforme des retraites est désormais lancée. Elle a pour buts d’uniformiser et simplifier les régimes de retraite, augmenter la solidarité nationale et rendre les cotisations plus justes.

Le régime de retraite des médecins, comme tous les régimes de professions libérales est considéré comme un « régime spécial » et la réforme envisagée va le transformer profondément : le régime de retraite des médecins libéraux tel que nous le connaissons aujourd’hui avec la CARMF disparaîtra au profit du Système de Retraite Universelle (SRU). Ce seront dès lors les URSSAF qui seront chargée du recouvrement des cotisations et du versement de pensions. Les médecins libéraux en perdant leur Caisse Autonome perdent un interlocuteur privilégié d’une part et un gestionnaire prudent d’autre part.

Communiqué de presse LES MEDECINS SPECIALISTES SERONT ILS LES GRANDS OUBLIES DU PLAN URGENCES ?

Les SPÉ-CSMF constatent que le gouvernement souhaite trouver des solutions concrètes à la crise des urgences. Les réponses semblent être, pour une grande partie, structurées sur des organisations très hypothétiques, virtuelles et incertaines (CPTS, Assistants médicaux, Infirmières de pratique avancée…). En effet, l’appropriation de ces solutions, considérées par certains comme innovantes mais très technocratiques, ne va pas de soi chez les médecins libéraux. Il parait donc important de proposer des solutions concrètes et immédiatement applicables sur le terrain car la situation vécue par tous les soignants est très difficilement acceptable au quotidien. Les équipes de soins spécialisés peuvent en être un exemple car la mise en place dans toutes les spécialités peut être rapide.

De bonnes idées ont été mises en avant pour construire le moyen et le long terme de la prise en charge de nos concitoyens. Dans le cadre du soin dit « non programmé » et de l’urgence, la centralisation des demandes dans le cadre d’un service d’accès aux soins (SAS) est une bonne idée, mais faut-il encore construire une organisation dans le respect et l’indépendance de tous les professionnels avec comme objectif le « travail ensemble ». Et ce sera à la profession d’en assurer la gestion et la gouvernance.

Au regard des mesures proposées, la réponse à la crise est aujourd’hui très centrée sur l’hôpital public et les GHT. Pourtant, dans la pratique, le sujet est l’affaire de tous et déjà les établissements de soins privés ont répondu présents. Il faut souligner que leur fonctionnement dépend des médecins spécialistes dont les astreintes ont été supprimées dans la plus grande majorité des cas. N’oublions pas que les usagers souhaitent obtenir un diagnostic et un traitement rapides, que leur prise en charge est assurée dans 80% des cas par des médecins spécialistes. Il serait judicieux de les impliquer pour rechercher une solution à cette crise, déjà les cardiologues ont proposé d’ouvrir des plages réservées aux soins non programmés et aux urgences.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNPF

Arrêtons l’hémorragie !

Le SNPF,  qui vient de  réunir  son conseil d’administration, lance un cri d’alarme :

  • La démographie pédiatrique libérale s’effondre. Bien que le nombre total de pédiatres augmente, la part des pédiatres ayant une activité libérale exclusive a chuté de 12,5% en 5 ans. Partout des cabinets se ferment et l’activité pédiatrique n’est pas reprise. Le manque de pédiatres est criant.
  • Les jeunes pédiatres sont réticents à s’installer par ignorance de l’exercice libéral. Les places de stage en libéral, seul moyen de les intéresser à la pédiatrie ambulatoire, sont en nombre trop limitées ou ont baissé dans certaines régions. Pire encore, certains universitaires s’opposent encore à l’apprentissage de l’exercice libéral. Le SNPF demande plus d’internes formés et plus de stages en libéral.

Communiqué de presse Le président des Spé-CSMF, Patrick Gasser, appelle au rassemblement des médecins libéraux et de la CARMF pour créer une plateforme commune de revendications pour sauver les retraites.

Le président des Spé-CSMF, Patrick Gasser, appelle au rassemblement des médecins libéraux et de la CARMF pour créer une plateforme commune de revendications pour sauver les retraites.

Le projet de réforme des retraites proposé par Jean-Paul Delevoye, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, sous couvert de solidarité, sacrifiera la retraite des médecins libéraux, ce qui est INACCEPTABLE.

Ce projet ne tient compte ni de nos spécificités (entrée tardive dans la vie professionnelle pour cause de longues études), ni de notre gestion vertueuse, depuis des années, de notre caisse de retraite (dont les réserves seront spoliées pour combler les déficits des autres caisses de retraite). À ce jour, ce projet nous promet des baisses significatives de nos retraites et l’assurance d’une précarité pour une profession dont l’engagement pour nos concitoyens nous a interdit les 35 heures et une retraite à taux plein à 62 ans !

Communiqué de la FNMR

Radiologie : Le retour du Z

La publication de l'avenant 7 à la convention médicale officialise le rétablissement du modificateur Z, spécifique aux médecins radiologues, à compter du 1er janvier 2020.

C'était une revendication prioritaire de la Fédération Nationale des Médecins Radiologues car ce modificateur a valeur symbolique de la spécificité de notre activité.

En effet, le modificateur Z est lié aux investissements très importants que supportent les cabinets de radiologie pour l'acquisition et le renouvellement des équipements (table de radiologie conventionnelle, échographe, mammographe, scanner, IRM, système informatique, radioprotection, etc.).

Pages