FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 4 MAI 2017

Remboursements et déremboursements des médicaments, des usagers et des médecins...  Un sujet délicat et conflictuel

  1. Généralités
     
  • L'Ondam 2017 devrait être tenu grâce aux mises en réserve (comité d'alerte)
    PARIS, 13 avril 2017 (APMnews) - La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2017 a fixé l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) à 190,7 milliards d'euros (+2,1%). Dans son avis de jeudi, l'instance constate d'abord que l'Ondam 2016 a été globalement respecté.
     
  • Médecins et usagers débattent de l'avenir du reste à charge
    La légitimité du reste à charge a été l'objet d'un vif débat, lors d'un récent colloque à Paris. Le Dr Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la Mutualité française, a mis les points sur les « i » : le reste à charge n'augmente pas et les mutuelles ne remboursent pas moins bien. Les représentants des médecins se sont ensuite employés à minorer la part des dépassements d'honoraires dans le reste à charge, tout en reconnaissant que ce dernier était inégalitaire« L'assurance-maladie s'est désengagée des tarifs des médecins, or certains compléments d'honoraires sont indispensables à certains médecins dans des zones comme le centre-ville de Paris, où le coût de l'immobilier est très élevé », a expliqué le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF. Quotidien du Médecin
     
  • Complémentaire santé : nouveau bond des bénéficiaires de l'ACS en 2016
    PARIS, 13 avril 2017 (APMnews) - Le nombre de bénéficiaires d'une attestation pour l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) a de nouveau progressé en 2016 (+8,2%). Depuis le 1er juillet 2015, les personnes éligibles à l'ACS doivent choisir, pour percevoir l'aide, l'une des 11 offres de complémentaire sélectionnées par l'Etat sur des critères de prix et de qualité.

Communiqué de presse de l'U.ME.SPE.-CSMF - LES SPECIALISTES EXCLUS DES REVALORISATIONS : LA PREMIERE MARCHE VERS LES INEGALITES DE PRISE EN CHARGE

L’UMESPE-CSMF rappelle que la consultation du médecin généraliste passe à 25 Euros au 1er mai. Cette revalorisation est bien loin de la revalorisation indispensable pour redonner à la médecine libérale les moyens de pratiquer une médecine de qualité et de permettre ainsi à tous les usagers d’accéder à des soins optimums dans tous les territoires.

Cette augmentation tarifaire ne concerne que les médecins généralistes de secteur 1. Pour tous les autres : médecins en secteur 2, médecins spécialistes, aucune augmentation n’est prévue à cette date et celles attendues dans 6 mois restent hypothétiques et pourraient bien être reléguées aux calendes grecques si le Comité d’alerte signifie le dépassement de l’ONDAM…

La Caisse et les syndicats signataires de la convention ont fait le choix de créer une nouvelle lettre clé (MMG) réservée aux médecins généralistes, créant ainsi un clivage dans la profession. La lettre clé « C » n’est pas modifiée et donc le tarif du spécialiste consultant codifié « C2 » reste au même niveau tarifaire, de même que la consultation journalière en établissement de soins (C0,8).

L’UMESPE-CSMF rappelle que la consultation du spécialiste, « Cs », n’a pas bougé depuis juin 2006 et, qu’à l’époque, cette augmentation avait été de 0,13 Euros, l’acte tarifé à 22,87 Euros datant de 1996.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 20 AVRIL 2017

Lancement dans 3 régions du 116 117, numéro national d'appel unique pour la permanence des soins ambulatoires

PARIS, 5 avril 2017 (APMnews) - Le nouveau numéro national d'appel unique pour la régulation de la permanence des soins ambulatoires (PDSA), le 116 117, est opérationnel depuis mercredi dans 3 régions (les Pays-de-la-Loire, la Corse et la Normandie).

Accès à un médecin de garde : top départ pour le 116 117 dans trois régions. Le déploiement national de ce numéro est prévu pour la fin de l'année 2017. Il sera accessible tous les soirs après 20 heures, le week-end à partir du samedi midi et les jours fériés – soit aux horaires de la PDS. « En journée, durant la semaine, le 116 117 ne sera pas accessible puisqu’il n’a pas vocation à se substituer aux consultations assurées par le médecin traitant », précise le ministère. 

Clarification incomplète ? Cette latitude laissée aux ARS n'est pas du goût du Dr Luc Duquesnel, président des « Généralistes CSMF ». Dans sa région, une concertation a été organisée par l'ARS et c'est le 116 117 qui a été choisi. « Mais si d'autres régions choisissent le 15ça contribuera à une mauvaise et coûteuse utilisation du système de soins », avec un recours possiblement excessif aux urgences hospitalières, met-il en garde. Le Dr Duquesnel est d'ailleurs formel : il y a une pression des SAMU pour conserver les appels de PDS dans le giron du 15. « Le 116 117 ne sera pas adopté partout », pronostique-t-il. Quotidien du Médecin

Communique de presse du SNSMCV

Les organisations représentant les cardiologues français, qu'ils soient Universitaires, Hospitaliers ou Libéraux expriment leur soutien unanime aux internes en grève à partir du 18 avril, pour demander un aménagement de la maquette de leur diplôme de spécialité permettant une formation à 5 ans et le maintien des postes de post-internat, nécessaires notamment pour la formation aux surspécialités.

Communiqué du SNDV - Le Syndicat National des Dermatologues-Vénéréologues soutient le mouvement de grève des internes.

La formation des internes est un enjeu majeur pour assurer des soins de qualité pour l'ensemble de la population.
 
Le SNDV est donc solidaire des internes qui réclament une meilleure prise en compte, au sein de leur cursus, des réalités de la médecine d'aujourd'hui pour leur formation.
 

Pages