3èmes ETATS GENERAUX DE LA MEDECINE SPECIALISEE VENDREDI 22 et SAMEDI 23 NOVEMBRE 2019

Sous le Haut Patronage de Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé

cliquer ICI  (questionnaire ci-dessous pour vous inscrire)
VENDREDI 22 NOVEMBRE - 8h45 - 16H30
ET SAMEDI 23 NOVEMBRE - 9H00 - 12H30

à La Maison de la Chimie 28, rue Saint Dominique - 75007 PARIS

ayant pour thème  « Innover, c’est construire notre avenir ».

LES SPE – LA LETTRE N 8 - Octobre 2019 - PRENONS NOTRE DESTIN EN MAIN

La Lettre n°8 - OCTOBRE 2019

L'édito de Patrick GASSER

« Prenons notre destin en main »

« Nous l’avions annoncé en mai dernier, nous allons le faire dans les semaines à venir. Les Spé-CSMF ont décidé d’instaurer une plate-forme, destinée à préparer les statuts d’un futur syndicat autonome de spécialistes. Baptisé Avenir-Spé, il cherchera à réussir ce que les centrales syndicales pluri-catégorielles ne parviennent plus à faire : représenter et défendre l’ensemble des spécialités médicales, quels que soient leur statut, leur secteur d’exercice ou leur mode d’organisation professionnelle. Je le répète depuis plusieurs années, je l’ai redit à la ministre, lors de l’échange que j’ai eu avec elle à l’occasion de la XXVème Université d’été de la CSMF, le 14 septembre : nous, spécialistes, sommes absents des projets de transformation du système de santé menés par les pouvoirs publics. On le constate encore récemment avec la crise des urgences et la création prévue d’un Service d’accès aux soins (SAS) : le rôle des spécialistes est à peine évoqué. Pourtant, ils participent tous les week-ends à la permanence des soins dans les établissements où ils exercent. Pourtant, leur expertise est absolument essentielle, lorsqu’il faut poser un diagnostic d’urgence afin de bien orienter le patient. Pourtant, ils contribuent fortement à la qualité des prises en charge et à l’optimisation des parcours de soins, grâce à leur disponibilité et à leur engagement quotidien. Qui le reconnait aujourd’hui ? Ni le ministère de la Santé, qui nous oublie dans ses textes de loi. Ni l’Assurance-Maladie, qui refuse de fixer nos honoraires à leur juste valeur.  Ni, enfin, nos confrères syndicalistes, dont le projet politique pour les spécialistes reste éloigné des attentes des praticiens. Qu’on comprenne bien notre démarche : l’objectif n’est pas de nuire aux centrales syndicales, mais bien de revivifier le combat et de fédérer les énergies au profit des médecins spécialistes. Pour toutes ces raisons, il faut prendre notre destin en main. »

TELECHARGER LA NEWSLETTER

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNPF

Pédiatrie bafouée : la CNAM ne négocie plus, impose des codes informatiques et le tiers payant, condamne le secteur 2

Les pédiatres viennent de découvrir de nouveaux codes informatiques pour les 20 examens obligatoires de l’enfant concoctés par la CNAM sans aucune concertation ni avec le Syndicat des Pédiatres, ni avec les grandes centrales syndicales.

Le SNPF s’insurge contre :

- La complexification des codes des actes des pédiatres. Depuis 2016 une vingtaine de codifications ont été instaurées, en rajouter trois supplémentaires avec un calendrier compliqué n’apporte rien, d’autant plus qu’une autre solution plus simple était possible. La nomenclature actuelle a-t-elle besoin d’être changée ?

Communiqué de la FNMR - LES MEDECINS RADIOLOGUES LIBERAUX SOLIDAIRES DES BIOLOGISTES MEDICAUX

L'Assurance Maladie veut imposer de nouvelles baisses tarifaires, en 2020, pour un montant de 170 millions d'euros à la biologie médicale. Si ce montant était confirmé, il viendrait peser une nouvelle fois sur la spécialité après plusieurs années de baisses récurrentes.

La biologie médicale est une spécialité incontournable dans l'établissement du diagnostic. La pression financière constante qui lui est imposée conduit à des regroupements de laboratoires affaiblissant le maillage territorial.

Cette ponction supplémentaire se traduira par de nouvelles fermetures de laboratoires de proximité.

C'est encore le patient qui sera pénalisé.

Pages