VERS L’ETATISATION DE LA CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE LIBERALE ?

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, apporte son soutien total au communiqué de protestation du Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux concernant la situation inacceptable qui est faite à nos confrères cardiologues libéraux de la Polyclinique Saint François à Montluçon.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. condamne fermement la décision du directeur de l’ARS de la région Auvergne, Monsieur François DUMUIS,  qui, en supprimant une USIC libérale fonctionnant sans réserve avec une activité importante, veut réanimer un secteur cardiologique hospitalier public défaillant.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. rappelle qu’une telle décision va à l’encontre du Code de la Santé Publique puisque les patients de la région Auvergne, dans ce bassin de population, n’ont plus le choix de leurs établissements, ni de leurs praticiens.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. déplore qu’il ne s’agisse pas d’une action isolée, elle nous rappelle les protestations que nous avons du émettre, il y a quelques années, face à une volonté identique de l’ARS Nord – Pas de Calais et des attaques, heureusement sans succès, qui ont été faites à plusieurs reprises pour un établissement de cardiologie interventionnelle et de chirurgie cardiaque libérale à Metz.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. demande solennellement à Madame Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, s’il s’agit d’une volonté politique d’étatiser l’ensemble de la cardiologie interventionnelle et de la chirurgie cardiaque libérale. Les restructurations légitimes dans ce secteur, compte tenu de l’évolution technique, doivent se faire en privilégiant, dans tous les cas, les établissements les plus performants en termes de qualité et de recrutement qui s’avèrent très souvent des établissements et des cardiologues libéraux.