SNSMCV - ASSEZ

C'est avec consternation que le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux a pris connaissance et du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2013 et des propositions de l'Assurance Maladie présentées lors de la réunion du 3 octobre sur l’évolution des honoraires.

La cardiologie interventionnelle, pas plus que les autres spécialités dites « riches », ne peut être la variable d'ajustement des honoraires des autres spécialités. Toute nouvelle baisse du tarif des actes de la cardiologie interventionnelle serait une véritable provocation après la suppression de l’association de l’ECG à une échocardiographie.

Il est illusoire d'espérer résoudre honnêtement la problématique des compléments d'honoraires sans s’attaquer de front au fond du problème qui est de toute évidence la non-revalorisation des actes du secteur 1 depuis plus de 25 ans.

Nous appelons les syndicats négociant avec l'Assurance Maladie à refuser tout accord actant des revalorisations ciblées aux dépens de certaines spécialités. Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux met en garde l’Assurance Maladie et le Gouvernement si une telle décision était prise.

La médecine ambulatoire a montré son sens des responsabilités puisque, pour la troisième année consécutive, elle respecte l’ONDAM. C'est ailleurs qu'il faut chercher des marges de manœuvre.

Pas de dépeçage, restons unis, refusons toute compromission infâme.
Assez !