Newsletter - Échec attendu pour une négociation passéiste

NEWSLETTER
Des propositions, on ne peut pas dire, il y en a ! Des farfelues, parfois des structurées ? Rarement des censées. Mais répondront-elles aux besoins et à la prise en charge attendue par la population ? Ces propositions sont dépassées et il est surtout temps de se tourner vers la valorisation des prises en charge ! 4 mois de négociation, aucune volonté de profond changement indispensable pour une médecine libérale qui doit se tourner vers l’avenir.

Les discussions entamées n’ont rien à voir avec l’objectif que s’est donné l’U.ME.SPE. La mise en place d’une politique de revenus n’est pas notre objectif et 2 € ne seront pas le moyen de faire revenir les jeunes vers nos métiers, d’être les bâtisseurs de l’avenir de notre système de soins.

Les inepties n’ont pas manqué ! Discréditant parfois même toute la profession. Passant par la ponction de quelques milliards aux urgences et Samu, à des positions aberrantes sur la vaccination... Globalement une vision de bisounours sans vraie réflexion structurée.

Le plus étonnant a été de voir un syndicat porter l’omniscience et l’omni-compétence du médecin à l’heure de la médecine personnalisée, des aides algorithmiques à la meilleure prise en charge et de l’arrivée du conseiller « Google », au moment où tous les métiers de la santé souhaitent une évolution vers plus d’expertise : sages-femmes, IADES, IBODES, kinés... Le tout dans un vieux modèle qui, sous couvert de coordinations, devrait être amené à être financé par la convention ; le fameux « centre de santé » adossé à un « financement structure » de 10 000 € par tête ! Une capitation déguisée, rampante mais dont l’efficience est loin d’être démontrée ! Construire une convention à l’image des conventions antérieures, c’est condamner le métier de médecin, 2020 sera la convention de l’incompétence.

Aujourd’hui, la priorité est de valoriser l’expertise et la plus value de la coordination entre le généraliste et le spécialiste. Voilà où se trouvent l’efficience, la performance du métier. Une convention comme celle d’aujourd’hui, construite uniquement au travers du médecin généraliste sous des prétextes de démographie, vient nier l’expertise du médecin de demain. Déséquilibrer la convention de tous les médecins en excluant les spécialistes du processus de construction est l’échec assuré de l’organisation du soin de toute la population.

L’U.ME.SPE. souhaite une convention équilibrée qui permette de développer une organisation territoriale pour toutes les spécialités sans exception, pour permettre les meilleures prises en charge, au meilleur coût. Dans le cas contraire, elle s’opposera à toute convention.

Dr. Patrick GASSER
Président