MONTLUÇON : UN NOUVEL EXEMPLE DES DECISIONS ANTI LIBERALES D’UNE ARS

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, attire l’attention de la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, sur la volonté de l’ARS AUVERGNE de faire disparaître une unité intensive de cardiologie libérale à MONTLUÇON.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. rappelle que cette unité libérale fonctionne harmonieusement au bénéfice des patients depuis de nombreuses années, alors que le service de cardiologie de l’hôpital de MONTLUÇON ne comporte plus le nombre requis de praticiens pour fonctionner selon les règles de sécurité depuis de nombreux mois.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. ne comprend pas que, dans le cadre de la coopération public/privé soutenue par la loi et la volonté politique, l’ensemble de la cardiologie ne soit pas regroupée sur un secteur libéral efficace et fonctionnant dans le cadre de tarifs opposables ; la menace sur cette USIC libérale se faisant au détriment de la prise en charge des patients avec un moindre coût pour l’Assurance Maladie.

L’U.M.E.SPE./C.S.M.F. soutient totalement la Lettre Ouverte adressée à la Ministre par le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux et suivra, avec attention, l’évolution de ce dossier exemplaire.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. dénonce, une fois de plus, la volonté anti libérale des ARS vis-à-vis de la cardiologie interventionnelle libérale avec des actions similaires dans un passé récent dans la région Nord – Pas de Calais ou en Champagne Ardennes vis-à-vis de la cardiologie interventionnelle libérale à REIMS, mais, également, les tentatives de fermeture de la chirurgie cardiaque libérale à METZ.