MISE A L’ECART DES MEDECINS SPECIALISTES : LE RAS LE BOL

L’U.ME.SPE. /CSMF met en garde le gouvernement sur la mise à l’écart systématique de la médecine spécialisée libérale dans la loi de santé et dans les négociations sur les soins coordonnés. Elle rappelle que l’exercice coordonné a pour but d’améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge des soins sur l’ensemble des territoires. Aujourd’hui, par son exclusion, le gouvernement passe à côté d’une vraie structuration territoriale qui amènera plus de performance dans le système de soins. Effectivement, des études scientifiques étrangères montrent que l’efficience et la performance des prises en charge passent par la mise en place d’une vraie coordination entre le médecin traitant et le spécialiste.

L’U.ME.SPE. /CSMF s’opposera au démantèlement de la médecine spécialisée de territoire alors même qu’il faut la conforter pour répondre aux besoins d’une population de plus en plus vieillissante et touchée par les maladies chroniques. Elle demande une politique volontariste pour permettre à tous les usagers une accessibilité identique en termes d’expertise médicale. Elle réitère son opposition au tiers payant généralisé obligatoire et relève l’interrogation des mutuelles qui semblent, aujourd’hui, y être opposées.

L’U.ME.SPE. /CSMF souhaite que les contrats responsables soient mis en place dès la rentrée prochaine pour que le CAS puisse permettre une accessibilité financière à tous les Français et,  surtout, pour la population qui n’est éligible ni à la CMUC, ni aux ACS, demain. Ceci mettra fin aux débats et aux attaques dédaigneuses sur le secteur 2, indispensable pour pérenniser l’outil de travail de certaines spécialités fragilisées par le manque de valorisation de leurs actes.

L’U.ME.SPE. /CSMF demande que cessent les attaques sournoises laissant douter de l’intégrité de la médecine libérale, notamment celle des professionnels exerçant en établissement de soins. Aujourd’hui, les médecins spécialistes s’engagent dans la pertinence des soins et des parcours coordonnés et dans la réflexion autour des hospitalisations inadéquates et évitables en développant l’activité ambulatoire.

L’U.ME.SPE. /CSMF dénonce l’esprit provocateur et délétère qui règne aujourd’hui, générateur  de conflits et de défiance peu propices à un travail commun innovant, le seul qui nous permettra  de gagner le pari de l’efficience et de la performance en santé.