LES SOINS DE PROXIMITE : LA NECESSITE DE PASSER DE LA THEORIE A LA PRATIQUE

Depuis plus de quatre ans, l’U.ME.SPE. s’est engagée dans la problématique du regroupement des médecins spécialistes libéraux en montrant qu’il s’agissait, malgré les difficultés et les réticences, de la seule voie possible pour répondre à la fois aux besoins de soins de la population mais, également, aux aspirations des jeunes et futurs médecins libéraux.

Le regroupement, tel que nous le préconisons, peut se faire sous toutes ces formes, pôles de santé, maisons de spécialistes, maisons pluridisciplinaires associant, en fonction de critères locaux, les divers professionnels de santé exerçant dans le monde libéral. Il n’y a aucune restriction, aucune exclusive à avoir.

L’essentiel, en particulier, pour les spécialités cliniques, est de retrouver une lisibilité à la fois vis-à-vis des médecins traitants mais, également, des patients et des structures hospitalières. Les spécialités médico-techniques ont commencé ces regroupements depuis plus de 30 ans, essentiellement guidés par des contraintes économiques, actuellement c’est l’organisation du système de soins qui doit conduire les médecins spécialistes à se réunir physiquement dans un lieu unique ou dans le cadre de réseaux clairement identifiés.

Il faut également que ceux dont la spécialité ou la régionalisation conduit à des listes d’attente importantes mettent en place, dans le cadre de ces regroupements, des consultations rapprochées pour répondre aux demandes des médecins traitants et nous pensons, tout particulièrement, à l’ophtalmologie et à la psychiatrie. Rester isolé même au-delà de 55 ans, c’est courir le risque de voir ouvrir un regroupement de professionnels libéraux à proximité de son cabinet et de passer du « burn out » d’une trop grande activité à la dépression d’une salle d’attente vide, bien avant l’âge de la retraite.

Après les travaux que nous avons menés tous ensemble, il est désormais important de montrer aux politiques mais, également, aux différents institutionnels que nous sommes capables de nous investir dans cette problématique. De nombreuses expériences existent, elles sont méconnues et les projets doivent être amenés à concrétisation. Le rôle de l’U.ME.SPE. est de faciliter la reconnaissance de tout ce qui a été fait ou qui est prêt à l’être, pour peu que l’Administration avec les ARS et le Gouvernement avec des enveloppes financières prenant en charge le temps lié à la coordination, apportent les derniers éléments à la concrétisation de ces projets.

Il y a urgence, n’hésitez pas à nous faire remonter vos expériences, vos projets, pour que nous utilisions la force de l’U.ME.SPE. comme relais vis-à-vis des diverses Administrations.