Les médecins spécialistes libéraux ne baissent pas la garde. Des actions sous la forme de guérilla administrative.

Le Bureau de l’UMESPE/CSMF, premier syndicat des médecins spécialistes s’est réuni le lundi 5 Janvier pour décider de la suite des actions à mener devant l’immobilisme de la Ministre de la santé.

Après une analyse pragmatique de la situation sur le terrain, le Bureau de l’UMESPE constate une mobilisation sans précédent.
La caisse d’assurance maladie, vecteur de l’information de l’Etat, nie, par la voix de son nouveau directeur, l’importance de la mobilisation. Les chiffres qu’elle avance sont non vérifiables donc polémiques et dignes d’une propagande d’un autre temps. L’heure de l’open data n’est pas à l’ordre du jour par contre le Gossplan est bien de retour.

La Ministre de la santé en continuant de s’arc-bouter sur la mise sous tutelle par l’Etat des médecins libéraux est arrivée à fédérer l’ensemble de la profession. Les médecins libéraux ne veulent pas de la mise en place du tiers payant généralisé. !!

L’UMESPE/CSMF appelle donc à la poursuite du mouvement de contestation par la mise en place d’actions locales et régionales, et prépare un grand rendez vous national unitaire pour affirmer la volonté de combattre ce projet de loi porté par une ministre antilibérale.

L’UMESPE/CSMF dénonce le mépris de la médecine libérale affiché par la Ministre de la santé qui accède  immédiatement aux demandes des urgentistes publics et de la FHP mais qui refuse une réelle concertation avec les syndicats libéraux.

Alors :
L’UMESPE/CSMF appelle tous les médecins spécialistes à :

  • Arrêter toute transmission de feuille de soins électronique à partir du 6 Janvier  en restant extrêmement attentifs à ne pas entraîner des difficultés d’accès aux soins. La montée en charge de ce processus sera probablement progressive mais son impact sera immédiat. L’UMESPE appelle  tous les spécialistes à commander rapidement des feuilles de soins papiers.
  • Arrêter toute transmission de documents administratifs électroniquement (accident de travail, arrêt de travail).
  • Ne plus recevoir les délégués de l’assurance maladie notamment pour l’analyse des prescriptions de transports.
  • Soutenir le mouvement du 22 janvier organisé par l’UNAPL.

L’administration va comprendre rapidement ce qu’est la lourdeur administrative.

Si des négociations ne sont pas rapidement proposées par le ministère : l’UMESPE/CSMF appellera progressivement les médecins spécialistes :

  • Au boycott de toutes les commissions paritaires (locale, régionale et nationale).
  • Au boycott des échanges avec les ARS.
  • Au boycott, au sein des établissements, des missions autour de la qualité et de la gestion des risques effectuées aujourd’hui de façon bénévole.
  • Au retour de la grève des gardes.

L’UMESPE/CSMF appelle enfin l’ensemble des médecins spécialistes à participer activement aux actions coup de poing et aux manifestations qui seront mises en place dans toutes les régions et à continuer d’adhérer massivement au mouvement de  défense de la médecine libérale.