L'AVENANT N°8 PROTEGE LES MEDECINS LIBERAUX

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux se félicite de l’accord majoritaire signé avec l’UNCAM et l’UNOCAM. Pour la première fois, les assurances complémentaires s’engagent résolument à participer au financement des actes médicaux et des compléments d’honoraires.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. considère que cet accord protège les médecins exerçant normalement en secteur 2 car ils étaient sous la menace d’un encadrement de leur mode d’exercice par la loi conformément aux engagements du Président de la République. Seuls les médecins pratiquant des tarifs hors normes sont concernés par une remise en question de leur mode d’exercice et leur absence de solidarité sociale. Nous serons bien sûr vigilants dans les différentes commissions pour que les Caisses respectent scrupuleusement les conditions de cet accord et que les différents critères de pratique d’exercice soient examinés.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. se félicite d’avoir obtenu l’inclusion dans le contrat d’accès aux soins de tous les anciens chefs de clinique et assimilés toutes spécialités confondues qui avaient eu le tort de faire confiance à l’Etat et à l’Assurance-Maladie et avaient été victimes de la fermeture du secteur 2 par la Convention de 1990 signée par la FMF.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. rappelle par ailleurs qu’elle a imposé dans cette négociation la problématique tarifaire des médecins spécialistes exerçant majoritairement en secteur 1 et qui ne faisaient pas partie de la préoccupation initiale ni des Caisses d’Assurance-Maladie, ni du Gouvernement. Il faut bien sûr regretter l’insuffisance de revalorisations tarifaires dans un contexte économique difficile et les mesures de baisse sur les actes d’imagerie imposées par le Gouvernement dans le cadre du PLFSS pour l’année 2013.