LA SANTE OTAGE D’UN GOUVERNEMENT EN DIFFICULTE, UNE TOTALE OPPOSITION DES MEDECINS LIBERAUX

Suite à son comité directeur qui s’est tenu le 14 juin 2015, rassemblant 38 spécialités, l’U.ME.SPE./CSMF demande un retrait global de la loi de santé portée par la Ministre de la Santé.

Le comité directeur constate, à la relecture du texte de loi voté par les députés, qu’elle ne correspond pas aux attentes des professionnels de santé portées dans les commissions de concertation mises en place dans un second temps.
 
Cette loi reste le vecteur qui mettra les médecins libéraux sous la dépendance de l’Etat mais aussi, demain, sous l’emprise des complémentaires de santé.

L’U.ME.SPE./CSMF est opposée à la mise en place de réseaux de soins que les assureurs  veulent mettre en œuvre dans le cadre du marché juteux de la complémentaire pour tous. Ces réseaux seront le moyen de faire disparaître l’indépendance des professionnels et le secret médical.

Pour l’U.ME.SPE./CSMF, l’ensemble de ces décisions est le moyen de faire disparaître la médecine libérale au profit de l’hôpital public et le tiers-payant est un instrument de cet objectif.

L’U.ME.SPE./CSMF demande à l’ensemble des médecins libéraux de participer au mouvement de « désobéissance civile » en s’opposant à la mise en place du tiers-payant généralisé.

L’U.ME.SPE./CSMF constate que le Contrat d’Accès aux Soins ne peut rester en l’état et demande une évolution de ce contrat volontaire pour répondre à l’évolution du métier et à l’accès aux soins des patients

L’U.ME.SPE./CSMF rappelle qu’elle est attachée à la médecine sociale à la Française, par contre elle est aujourd’hui très inquiète de la mise en place du tiers-payant au 1er juillet pour les détenteurs de l’Aide à la Complémentaire Santé car les difficultés sont prévisibles et il n’est pas question que les médecins libéraux en payent les pots cassés.

Contact presse : Dr. Patrick GASSER