L’U.ME.SPE. SE REMET EN CAUSE ET RÉPOND PRÉSENTE DANS LE CADRE D’UN MOUVEMENT UNITAIRE CONTRE LA LOI DE SANTÉ - FERMETURE DES CABINETS LE 13 NOVEMBRE 2015

L’U.ME.SPE./CSMF constate un  recul de la CSMF pour les élections aux URPS dans les collèges 2 et 3 par rapport aux résultats de 2010. Bien que l’analyse en soit difficile et certainement multifactorielle, très clairement la branche spécialiste de la CSMF ne peut se contenter de ces résultats, même si elle reste encore largement majoritaire chez les médecins spécialistes.

Aujourd’hui, l’U.ME.SPE./CSMF est préoccupée par une abstention record de 60%,  qui peut traduire :
o     le désintérêt des médecins pour les élections professionnelles,
o     une moindre confiance  à leurs représentants syndicaux à l’image de ce que montre  la population envers les politiques,
o    Ou, ce qui est encore plus grave,  un  désintérêt total des médecins pour leur avenir et une certaine fatalité devant la destruction de la médecine libérale.

L’U.ME.SPE./CSMF est aussi déçue de la forte poussée des syndicats ayant une image catégorielle et surtout très contestataire avec des coordinations allant jusqu’à prôner des procédures de déconventionnement. Ceci montre le malaise d’une profession qui  n’arrive plus à répondre aux enjeux qui sont les siens, notamment aux besoins de soins de la population avec des tarifs qui n’ont pas évolué depuis plus de 15 ans.

L’U.ME.SPE./CSMF a entendu au travers de ces résultats la demande des médecins libéraux de mettre en place une coordination des actions et un socle de propositions pouvant être partagées par tous. L’UMESPE s’attachera à déployer une organisation syndicale plus participative pour élaborer les propositions de demain.

Sans tabou, l’U.ME.SPE., comme elle l’a énoncé dans ses engagements de campagne, portera au sein de ce mouvement les valeurs qu‘elle a toujours défendues. L’enjeu de demain est de rebâtir un système viable et valorisant, attractif pour les plus jeunes, tourné vers l’avenir de la médecine. Une médecine qui devra répondre à l’accès  aux soins pour tous, en passant par une réflexion sur la démographie médicale et le maillage du territoire, et par la refonte de la tarification des actes qui ne peut rester en l’état.
Seul un espace de liberté pour tous répondra à l’urgence de la situation pour sauver ce qui peut encore l’être dans la médecine libérale française accessible à tous.
Dès la semaine prochaine le Bureau de l’UMESPE définira les priorités qui devront être validées par le Comité Directeur pour répondre à la demande de tous les médecins libéraux.
Le Bureau de l’UMESPE rencontrera chaque verticalité pour échanger et reconstruire un projet d’avenir pour la médecine spécialisée libérale en coordination et conjointement avec la médecine spécialisée générale.

Dans l’immédiat l’U.ME.SPE. appelle tous les médecins libéraux spécialistes à fermer les cabinets pour une journée santé morte le 13 novembre et faire barrage à cette loi profondément anti-libérale portée par le gouvernement en place.

L’U.ME.SPE./CSMF sera présente au rassemblement  qui sera organisé lors du vote solennel de la loi de santé au Parlement le 17 ou le 18 Novembre et alerter la population sur ce que le gouvernement souhaite imposer à tous nos concitoyens.