INFOS DU BUREAU - UNE DECLARATION DE GUERRE A LA MEDECINE LIBERALE

Même ébranlé et peu crédible, le gouvernement n’hésite pas à porter deux projets de loi foncièrement antilibéraux :

• Le premier dit « projet Montebourg » s’attaque aux professions réglementées promettant aux Français une augmentation de leur pouvoir d’achat ! Sa mise en place pourrait impacter rapidement certaines professions médicales (secteur de l’optique, biologie médicale) et permettrait aux financiers de mieux pénétrer le marché de la santé. 

• Le second, beaucoup plus abouti, est la loi de santé élaborée sans concertation, bien plus délétère encore que la loi Bachelot (HPST) ou les ordonnances Juppé ! Ce projet est une déclaration de guerre aux libéraux, particulièrement pour les spécialistes de proximité et les spécialistes des établissements privés.

Amateurisme, méconnaissance ? Plutôt mise en place d’un projet idéologique ancien mais destructeur.

Les idées sont peu novatrices :

• Le tiers payant généralisé et obligatoire dont aucun professionnel de terrain ne souhaite la mise en place qui sera, par ailleurs, « techniquement » difficile.

• Un service territorial de santé au public instaurant, à terme, par la mise en place de SROSS ambulatoire, une régulation de l’installation par les ARS et un risque de contournement de la convention médicale.

• Les établissements privés  pourront  accéder au label « service public hospitalier » après « validation » de l’ARS et à condition qu’aucun médecin de l’établissement n’exerce en secteur 2 !! Par contre, les médecins du public pourront se permettre des dépassements sans être inquiétés.

• Une formation continue sous la coupe de l’université.

• La mise en place, sans concertation, de « pratiques médicales avancées »  permettant de transférer une partie de vos compétences vers des paramédicaux, en contournant les décrets de compétence.

• L’innovation : réservée aux établissements publics

• La mise en place de « Testing » de la profession, pour s’assurer que vous offrez une accessibilité aux soins à toute la population (Accueil, CMU, handicap…) pourquoi sommes-nous ainsi stigmatisés ?

Ce projet, tel qu’il est rédigé et compris, va opposer les professionnels des secteurs de santé privé et public alors que tous deux déclarent des objectifs identiques en termes de prise en charge des patients dans un souci de qualité et de sécurité. L’objectif inavoué est de sauver le « soldat hôpital public ». Cette loi, qui peut être qualifiée de loi « fourre tout », est profondément antilibérale et correspond au business plan d’un hôpital public en déroute, à la recherche d’une compétitivité indispensable à sa survie. Une FHF comblée mais encore insatisfaite !

A l’heure des contraintes économiques et de la nécessaire réflexion autour de nouveaux modèles d’organisation et de fonctionnement, opposer les secteurs privé et public est une erreur, une méthode d’une autre époque, vouée à l’échec. Portons plutôt l’apaisement et cherchons des solutions dans le cadre d’une valorisation des professionnels et de leur organisation à l’heure où cela est encore possible. Osons agir pour sauver la qualité du soin donné au patient : le terrain est innovant, les pistes sont là. Les révolutions ne viennent pas des ministères !

Aujourd’hui, l’U.ME.SPE./CSMF est très clairement en désaccord profond avec ce que porte cette loi. Nous utiliserons tous les moyens nécessaires pour combattre ce texte. Nous restons force de propositions pour clairement amender, sur le fond et la forme, ce texte inacceptable pour les spécialistes libéraux.

Dr Patrick GASSER
Président