FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 31 AOUT 2017

DEMOGRAPHIE MEDICALE - la CSMF est force de propositions et le fait savoir !

  •  Démographie médicale : Agnès Buzyn défavorable à la coercition à l'égard des médecins

PARIS, 19 juillet 2017 (APMnews) - La ministre Agnès Buzyn, a confirmé mardi être défavorable aux mesures coercitives pour agir sur les inégalités de répartition des médecins. Elle a confirmé que des mesures destinées à lutter contre les "déserts médicaux" seront proposées dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018. Le plan vise à "lever tous les blocages administratifs qui peuvent gêner des exercices mixtes, en consultations avancées, des délégations de tâches", et fera l'objet d'expérimentations et d'un budget spécifique intégrés dans le PLFSS pour 2018, a précisé la ministre. Elle a évoqué la possibilité de proposer aux professionnels de santé et aux ARS "une forme de contrat de territoire", avec un accompagnement financier spécifique, dans le cadre du plan de lutte contre la désertification médicale.

  • Déserts médicaux: consultés par le gouvernement, les médecins libéraux détaillent leurs pistes

Paris, 20 juil 2017 (AFP) Le premier syndicat de médecins libéraux, la CSMF, a détaillé ses pistes pour lutter contre les déserts médicaux, en prévision du plan promis pour septembre par le gouvernement. D'autres solutions existent pour combler le manque de praticiens dans certaines zones, notamment en matière de formation, plaide la CSMF. Il importe d'abord de développer les stages dans les cabinets libéraux, de rendre obligatoires dès les premières années d'études et d'assurer pendant l'internat "au moins 12 mois" de stage en ville en médecine générale et au moins six mois pour les autres spécialités.  Il faudrait parallèlement encourager les libéraux à s'engager comme maîtres de stage en améliorant la rémunération perçue, suggère M. Ortiz. Par ailleurs, un stage exercé en dehors du lieu d'études du futur médecin "ne doit rien" lui coûter, selon la CSMF, qui plébiscite des indemnités pour le logement et les frais de déplacement, "voire" des logements gratuits. Les collectivités doivent également faciliter l'installation de la famille du médecin dans un désert médical, en aidant le conjoint à trouver un travail ou en plaçant ses enfants en crèche, par exemple. Autres préconisations : le développement de l'exercice mixte (salarié et libéral), du salariat entre médecins, du cumul emploi-retraite ou encore de la délégation de tâches entre professionnels. Le déploiement de la télémédecine, qui doit faire l'objet de négociations avec l'Assurance maladie, sera essentiel, estime M. Ortiz. Mais les actes devront être rémunérés selon la "grille tarifaire habituelle" et les médecins "accompagnés" en matière d'équipement. Il s'oppose en revanche à l'augmentation du numerus clausus (nombre d'étudiants admis en seconde année de médecine) étudiée par le gouvernement.

  • Stages en cabinet, mentorat, défiscalisation : les syndicats dévoilent leurs pistes anti-déserts

La CSMF souhaite faciliter l'installation en libéral grâce une simplification des démarches administratives et au développement de statuts intermédiaires (remplaçant, assistant, collaborateur, associé...). À cela s'ajoute le déploiement de l'exercice à temps partiel partagé entre le salariat et le libéral, mode d'exercice plébiscité par la jeune génération… Enfin, le déploiement de la télémédecine encouragé par le chef de l'État est prioritaire. Encore faudra-t-il résoudre la fracture numérique et entériner dans la convention son financement. « Les déserts médicaux peuvent devenir un mauvais souvenir. On est prêts à s'engager mais tout le monde doit se retrousser les manches », a souligné le Dr Ortiz.  Le Quotidien du Médecin

  • Sur les déserts médicaux, la CSMF préconise un vrai choc de simplification

La CSMF a sorti ses cahiers de vacances un peu avant l'heure. Son président Jean-Paul Ortiz - qui a plusieurs rendez-vous mercredi prochain à la DGOS, à l'Assurance maladie, ainsi qu'avec Olivier Véran, à l'Assemblée nationale - a présenté jeudi matin les enjeux de la nouvelle politique de santé et ses propositions pour remédier au manque de médecins.  Le Généraliste

  • Les pistes des syndicats professionnels pour en finir avec les déserts médicaux  

Pour encourager parallèlement les libéraux à s'engager comme maître de stage, Jean-Paul Ortiz suggère d'améliorer fortement la rémunération, de 200 euros par mois, actuellement attribuée. «Si chacun se retrousse les manches, les déserts médicaux ne seront bientôt plus qu'un souvenir!», affirme Jean-Paul Ortiz. Le Figaro

  • Les médecins font leurs propositions contre les déserts médicaux

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) dévoile un plan d’actions concrètes pour mettre fin aux déserts médicaux. « Tout stage effectué hors agglomération du siège de la faculté doit être gratuit », martèle le Dr Ortiz. Cela passe par une indemnité logement, un forfait frais de déplacement, etc. Encourager davantage une forme de compagnonnage, en augmentant le nombre de « médecins libéraux maîtres de stage », fait aussi partie des propositions de la CSMF. Pour s’adapter à des carrières diversifiées, la Confédération invite à développer le temps partiel, par exemple pour partager son temps entre activité libérale et salariée. L’apport de la télémédecine : Pour la Confédération, « la disparition de la fracture numérique réglera le problème des déserts médicaux ». Les nouvelles technologies réduisent les distances et les délais « même si rien ne peut remplacer le dialogue direct entre un patient et son médecin ». La Croix

Dans le cadre de conférence de presse de la CSMF du 20 juillet dernier, le Dr Ortiz a été interviewé sur la problématique des déserts médicaux et les solutions avancées par le syndicat. Cette interview a été diffusée ce matin, dans le journal de 09h00 de France Culture. Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le lien ci-après (sujet entre 02’02 et 03’42) http://bit.ly/2vIgUrf

Août - SUITE DEMOGRAPHIE MEDICALE

  • Accès aux soins : la Mecss du Sénat propose une vingtaine de mesures pour remédier aux inégalités territoriales

PARIS, 4 août 2017 (APMnews) - La mission d'évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (Mecss) du Sénat propose 19 mesures destinées à remédier aux inégalités territoriales dans l'accès aux soins, dans un rapport mis en ligne jeudi.  rapport sur les mesures incitatives au développement de l’offre de soins primaires dans les zones sous-dotées

  • Déserts médicaux : la FHF relance l'idée de limiter l'installation en zones sur-denses !!

PARIS, 29 août 2017 (APMnews) - La FHF a émis, auprès d'Agnès Buzyn, plusieurs propositions pour lutter contre les déserts médicaux, dont une relative à la limitation de l'installation des médecins libéraux dans les zones sur-denses.

DIVERS

  • Un projet d'arrêté définit la rémunération pour la télésurveillance des prothèses cardiaques implantables

PARIS, 9 août 2017 (APMnews) Ce projet d'arrêté propose un cahier des charges pour la télésurveillance des patients porteurs de prothèses cardiaques implantables à visée thérapeutique dans le cadre expérimental prévu par l'article 36 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 (LFSS 2014). La rémunération est prévue sous forme forfaitaire à hauteur de 130 € par patient et par an, avec 100 € pour le professionnel de santé effectuant la télésurveillance et 30 € pour celui en charge de l'accompagnement thérapeutique.
Projet de cahier des charges des expérimentations de télésurveillance des prothèses cardiaques implantables

  • PLFSS 2018: le texte sera discuté du 24 au 27 octobre, avec un vote solennel le 31 octobre

PARIS, 26 juillet 2017 (APM) - Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 sera discuté à l'Assemblée nationale en première lecture du mardi 24 au vendredi 27 octobre, avec un vote solennel le mardi 31 octobre, a annoncé la chambre basse mercredi dans un communiqué.

  • La commission des comptes de la sécurité sociale se réunira le 28 septembre

PARIS, 28 août 2017 (APMnews) - La commission des comptes de la sécurité sociale (CCSS) se réunira jeudi 28 septembre.

  • Croissance de 2,9% des dépenses du régime général d'assurance maladie à fin juillet

PARIS, 23 août 2017 (APMnews) - Les dépenses sur 12 mois du régime général d'assurance maladie ont progressé de 2,9% à fin juillet (taux corrigé des jours ouvrés -CJO), contre 2,6% fin juin, a annoncé la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) mardi dans un communiqué. Pour le seul mois de juillet, les dépenses du régime général ont progressé de 5,1% par rapport à juillet 2016. Pour les sept premiers mois, la croissance s'élève à 3,2% par rapport à la même période en 2016.

  • L’Opinion
 : Dépassements d’honoraires : des progrès sur la modération tarifaire

Plus du tiers des médecins éligibles au nouveau dispositif autorisant des dépassements « raisonnables » ont signé. Le contrat d’accès aux soins (CAS) mis en place en 2013 a, pour la première fois, introduit une forme de modération des tarifs chez les médecins libéraux. La formule a eu un succès mitigé mais elle est progressivement remplacée par une autre, l’Optam, plus ambitieuse. L’objectif est de limiter la hausse des dépassements d’honoraires chez les médecins à tarif libre (secteur 2) et de favoriser ainsi l’accès aux soins. Optam versus CAS. L’Optam est plus souple que le CAS : l’engagement de modération tarifaire est annuel, contre un engagement triennal pour le CAS. Les médecins peuvent donc en sortir tous les ans. Surtout, la contrepartie financière offerte aux médecins qui respectent leurs engagements entre plus rapidement dans leur poche. Avec le CAS, ils bénéficient d’une baisse de leurs cotisations sociales et l’avantage était donc perçu deux ans plus tard. Désormais, ils percevront une prime au début de chaque année, en fonction de leur activité de l’année précédente. Mieux, les chirurgiens ou obstétriciens bénéficient avec leur Optam propre (Optam-Co) d’une prime à l’acte, soit quasi-immédiate.

 « Il n’y a aucune raison que les signataires du CAS ne poursuivent pas avec l’Optam. La plupart des médecins en sont satisfaits et ceux qui voulaient en sortir l’ont déjà fait depuis longtemps », selon Jean-Claude Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). L'Opinion

  • Buzyn promet un tiers payant "généralisable courant 2018"   

Paris, 31 août 2017 (AFP) - La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a promis jeudi que le tiers payant (dispense d'avance de frais) chez le médecin sera "généralisable", c'est-à-dire facultatif, dès qu'"il fonctionnera" techniquement, en posant l'objectif d'y arriver "dans le courant de l'année 2018"

Dans un communiqué, la CSMF, premier syndicat des médecins libéraux, "salue la clarification de la position" de la ministre. Elle rappelle être attachée "à un tiers payant possible et facile, mais non obligatoire". Cliquez ici

  • Oui au tiers payant possible et facile, Non au tiers payant obligatoire pour tout et pour tous   

La CSMF salue la clarification de la position d’Agnès Buzyn qui a affirmé aujourd’hui que le tiers payant « a vocation à être généralisable », c’est-à-dire facultatif, après les hésitations gouvernementales pendant l’été. La CSMF rappelle qu’elle est favorable à un tiers payant social, laissé à l’appréciation du médecin en fonction de la situation du patient. La ministre a aussi reconnu qu’à l’heure actuelle « cet outil ne fonctionne pas » : il est évident pour la CSMF que mettre fin aux difficultés techniques et aux dysfonctionnements est un préalable indispensable pour une utilisation du tiers payant. La CSMF est attachée à un tiers payant possible et facile, mais non obligatoire, pour tout et pour tous, car rien ne le justifie. Les populations les plus défavorisées bénéficient déjà d’un tiers payant automatique avec la CMU ou CMU-C, ACS. Sans compter que le tiers payant ne résoudra pas le problème du renoncement aux soins. Trop de patients en situation très précaire méconnaissent leurs droits par manque d’informations et les véritables problèmes d’accès aux soins concernent essentiellement les soins dentaires, optiques et les audioprothèses. Par ailleurs, la CSMF se félicite de l’entrée en vigueur au 1er janvier 2018 des onze vaccins obligatoires pour les enfants. Améliorer la couverture vaccinale est un objectif majeur de santé publique et le médecin a un rôle essentiel pour vaincre la désinformation et les réticences de certains parents.

EVENEMENTS DIVERS :

 

La 3e émission de Planète Médecins, sera diffusée le Mercredi 28 septembre à 19h30 sur le site de Fréquence M, et intitulée « Médecins et territoires »

 

- Les 1er et 2 décembre, inscrivez-vous  Les Automnales du DPC au Novotel Paris Est, 1 avenue de la République, à Bagnolet