EN DIRECT DU SPECIALISTE - 20 JUILLET 2017 - LE SPECIALISTE PIVOT DU SYSTEME DE SOINS - REPENSER NOTRE SYSTEME DE SOINS

1. Editorial du Président
2. Communiqués de presse diffusés de l’U.ME.SPE.-CSMF
3. Communiqués de presse diffusés par les spécialités
4. Publications officielles et informations diverses
5. À Propos de : « EN DIRECT DU SPECIALISTE »

 

EDITORIAL DU PRESIDENT

Elaborer et porter un projet de reconstruction de notre système de soins est aujourd’hui indispensable. Les besoins de nos concitoyens se sont modifiés, l’innovation technologique est quotidienne et les dépenses ne font que croitre, bien plus rapidement d’ailleurs que les recettes n’augmentent. La difficulté de chacun des acteurs est de retrouver sa place dans un processus de soins évolutif et qui a l’obligation de rester pertinent, efficient et de qualité.

L’ambition de l’UMESPE-CSMF est de construire ce projet qui ne sera viable que s’il est fédérateur de toutes les spécialités, y compris la médecine générale. Le moment est pertinent, à la fois pour éviter une opposition frontale entre les différentes spécialités et, surtout, pour refonder un projet commun dans un contexte de transition politique où les clivages partisans doivent céder au pragmatisme.

Regardons notre environnement, nos croyances, nos certitudes ; elles ne se sont guère modifiées depuis 60 ans. Correspondent-elles encore aux besoins de nos concitoyens, à l’envie des plus jeunes d’exercer notre métier ? Les usagers, tout comme les représentants de la nouvelle génération de médecins, sont clairs : les premiers ont la volonté d’être des acteurs de leur santé, les seconds désertent le milieu libéral sans trouver dans le salariat leur épanouissement. Soumettre à l’Etat un projet cohérent est de notre responsabilité ; laisser à d’autres l’opportunité de le faire ne sera que délétère pour le métier. Etre novateur est une obligation dans un environnement en perpétuelle mutation où de nouveaux acteurs affirment quotidiennement leur volonté d’être présents.

L’UMESPE-CSMF, au travers d’une conférence de presse récente (6 juillet), a présenté les grandes lignes de son projet, élaboré au travers d’un audit externe et interne qui s’achèvera en septembre. Il porte trois grands axes de réflexions autour :

  • De l’accès à des soins spécialisés pour tous au travers des parcours de soins sur l’ensemble des territoires,
  • Du statut du médecin, quelles évolutions de son métier pour accompagner l’usager dans sa prise en charge,
  • Du financement et des contractualisations.

Trois sujets qui s’inscrivent dans le présent mais, aussi, dans une réflexion de fond sur l’avenir de notre corps professionnel et, plus spécifiquement, des spécialistes dans leur environnement. Ce défi dépasse les limites de l’exercice libéral de la médecine spécialisée. Il nous faut répondre aux interrogations de nos concitoyens, il faudra définir notre « valeur ajoutée médicale », quelles sont nos obligations collectives et sociétales en termes de transparence, de formation continue, de qualité des prises en charge, d’accessibilité aux soins, de la place du spécialiste dans le parcours de soins. Dans un récent rapport, le HCAAM (Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie) a posé ces mêmes questions. Le constat est partagé, les solutions se rejoignent, les propositions sur le financement restent encore insuffisantes et frileuses et nous attendons le deuxième volet de ce rendu pour la fin de l’année.

De son côté, l’UMESPE-CSMF élabore, dans le cadre de trois commissions, des solutions pour redonner une perspective d’avenir à la médecine spécialisée libérale mais, aussi, salariée. Le statut du médecin doit être revu en profondeur. Au travers du rendu des groupes de travail, nous proposerons dès septembre, comme le souhaite Madame la Ministre, de mettre en œuvre des expérimentations sur la base d’un volontariat. Les champs d’exploration seront divers et structurants pour la profession et seront des éléments de réponse à la pérennité de notre système de soins : la pertinence des actes et des prises en charge, la reconnaissance de la permanence des soins, la continuité des soins, sans esquiver la re-certification des médecins, le paiement à l’épisode de soins ou la contractualisation pour la prise en charge d’une population définie. 

Répondre à ces questions, c’est donner un avenir à la profession.

Je vous donne donc rendez-vous dès septembre prochain pour partager et bâtir ensemble ce projet. Dans l’attente, je vous souhaite à tous d’excellentes vacances bien méritées.

Dr. Patrick GASSER