COUR DES COMPTES/RESEAUX SOCIAUX, MEME COMBAT : LA LIBERTE TARIFAIRE

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, a lu, sans étonnement, compte tenu de ses prises de position passées, le rapport de la Cour des Comptes qui suggère de plafonner la prise en charge des charges sociales des médecins du secteur 1.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. considère que le gouvernement qui suivrait les recommandations de la Cour des Comptes mettrait fin à la politique conventionnelle puisque la prise en charge, par l’Assurance Maladie, d’une partie des charges sociales constitue des honoraires différés, contrepartie, dans le cadre conventionnel, de la faiblesse des tarifs opposables imposés aux médecins libéraux du secteur 1.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. s’étonne de la position de la Cour des Comptes qui, en mettant à mal la politique conventionnelle, rejoint les demandes ultra libérales et irréalistes diffusées sur les réseaux sociaux.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. regrette que les efforts faits, avec la mise en place du contrat d’accès aux soins qui vise à diminuer le reste à charge des patients, soient remis en cause par deux courants de pensée habituellement opposés, celui comptable de la Cour des Comptes et la volonté ultra libérale des réseaux sociaux.