CONTRATS SUR OBJECTIFS DE SANTE PUBLIQUE : LES LENTEURS DE LA CAISSE NATIONALE D’ASSURANCE MALADIE POUR LES SPECIALITES MEDICALES

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux, s’inquiète des lenteurs de la mise en place des contrats sur objectifs de santé publique proposés aux médecins spécialistes dans la convention signée en septembre 2011.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. s’étonne, qu’à ce jour, seuls les médecins cardiologues se soient vu proposer ces contrats. Trois autres spécialités sont en attente (Hépato-gastroentérologie, pédiatrie et endocrinologie) alors que la convention a été signée il y a plus d’un an.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. est consciente des difficultés techniques liées au caractère novateur de ces contrats pour des médecins spécialistes car il n’y a pas de modèle au niveau mondial, mais ceci ne peut excuser les reports réguliers des dernières réunions de travail.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. ne veut pas croire que ces reports soient liés à des positions syndicales. Pour nous, les contrats sur objectifs de santé publique doivent à la fois renforcer le rôle du médecin traitant mais, en miroir, celui du médecin consultant pour pallier au déficit de prise en charge médicale des patients comme nous l’avons vu, récemment, sur la problématique des insuffisants cardiaques en ALD ou les patients diabétiques.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. rappelle, qu’à terme, à côté du paiement à l’acte qui reste majoritaire, toutes les spécialités médicales ou chirurgicales doivent avoir accès à ces contrats sur objectifs de santé publique dans l’intérêt des patients en homogénéisant les pratiques.