COMMUNIQUE DE PRESSE - CONVENTION MEDICALE : RIEN POUR LES MEDECINS SPECIALISTES ! UNE NEGOCIATION BIEN MAL ENGAGEE

L’U.ME.SPE./CSMF a pris connaissance dans les pages économiques d’un quotidien national de certaines suggestions de l’assurance maladie concernant la future négociation conventionnelle. Il est fait état notamment de « propositions ciblées » pour les médecins spécialistes, accompagnées d’une enveloppe budgétaire « peau de chagrin » d’une centaine de millions d’euros en comparaison des 500 millions pour la revalorisation indispensable de la consultation de médecine générale à 25 Euros.
Personne ne semble s’étonner du tarif de la consultation du spécialiste qui semblerait rester à 23 Euros !
De plus, l’assurance maladie aurait comme idée de proposer une diminution de la prise en charge des charges sociales des médecins de secteur 1.
Quelles idées saugrenues ! L’U.ME.SPE./CSMF rappelle que la consultation du médecin spécialiste était de 22,87 Euros en 1997 et 23 Euros en 2004, demain sera-t-elle inférieure à celle du médecin généraliste ? L’U.ME.SPE./CSMF souligne que le tarif des actes établi en 2004 n’a toujours pas évolué.

Alors que le gouvernement porte la mise en place des parcours de soins structurés et le virage ambulatoire, il continue à vouloir marginaliser les médecins spécialistes qui ont été exclus des parcours de soins et maintenant de la valorisation de leurs prestations.
Toutes ces déclarations portent à penser que l’on veut exclure les médecins spécialistes libéraux de la construction de la nouvelle convention.

L ‘U.ME.SPE./CSMF alerte les politiques et les usagers du risque d’écarter ainsi la moitié des médecins libéraux du contrat conventionnel.
La qualité, la sécurité, l’expertise, l’innovation sont des éléments indispensables à la bonne prise en charge des malades. Le financement est indispensable à cet objectif.

L’U.ME.SPE. se demande s’il est bien nécessaire d’ouvrir des négociations si ces propositions ne sont pas démenties par le directeur de l’UNCAM.
La seule possibilité pour les médecins spécialistes est d’inscrire la revalorisation de leurs honoraires dans la mise en place de liberté tarifaire qu’ils prendront de façon unilatérale.

L’U.ME.SPE. appelle toutes les verticalités à engager leurs mandants vers un mouvement de désobéissance tarifaire très large et intersyndical.

Dr. Patrick GASSER
Président