Communiqué du SNOF - Les ophtalmologistes en bonne voie pour le zéro délai à partir de 2022 : 3 millions de patients supplémentaires pris en charge depuis 2015 et redressement programmé des effectifs médicaux

Le Dr Thierry Bour, président du SNOF déclare : « Deux ans après le lancement de notre campagne « Zéro délai en 2022 », les solutions mises en place par les ophtalmologistes sont en train de prouver leur efficacité avec une forte augmentation du nombre de patients pris en charge depuis 3 ans et une réduction des délais d’attente. Notre objectif en 2019 sera de renforcer cette dynamique avec des mesures complémentaires : plages spécifiques pour les cas nécessitant une consultation rapide, développement de la prise de rendez-vous en ligne, exercice sur plusieurs sites, développement de la télémédecine… »

Ce matin, le SNOF met les choses au clair sur l’accès aux soins ophtalmologiques : malgré un accroissement des besoins de la population et une stagnation du nombre d’ophtalmologistes, ces derniers ont réussi à inverser la tendance avec des délais moyens raccourcis à 80 jours. Même si le travail aidé prouve déjà son efficacité, le SNOF entend aller plus loin avec des solutions supplémentaires comme l’optimisation des plannings grâce à des partenariats avec les sociétés de RDV en ligne Doctolib et Alaxione. Le président du SNOF insiste sur la nécessité de former plus d’ophtalmologistes pour en finir définitivement avec les délais d’attente et répondre aux besoins médicaux légitimes des patients.

Démographie des ophtalmologistes : un retour à la hausse dès 2024

Les ophtalmologistes de France ont fait face à l’explosion des besoins en matière de soins visuels (x 3 en 40 ans) malgré une stagnation des effectifs. Cela grâce à la mise en place du travail aidé, qui se déploie avec un rythme plus rapide que prévu, associé à l’implication des ophtalmologistes de plus de 65 ans et à l’arrivée de 80 nouveaux ophtalmologistes étrangers par an, en moyenne. La baisse de 20% des ophtalmologistes annoncée en 2030 par certains n’aura pas lieu, d’après les dernières projections de fin 2018. Au final, les derniers indicateurs publiés par la Drees (2018) révèlent que les délais d’attente ont chuté à 80 jours, contre 87 jours en 2017 (étude Ifop) et plus de 100 jours dans des études plus anciennes.

Le SNOF estime que les perspectives sont positives : les départs en retraite des ophtalmologistes vont baisser rapidement après 2024 et le nombre d’orthoptistes va augmenter à hauteur de 340 par an dans les prochaines années, ce qui permettra une accélération de la mise en place du travail aidé. Pour autant, le SNOF rappelle qu’il est impératif de former 240 ophtalmologistes par an pour que la situation sur les délais d’attente soit définitivement et rapidement réglée, une demande adressée aux pouvoirs publics, décisionnaires sur les quotas à l’ECN. Ce gouvernement peut être le premier à régler définitivement ce problème d’autant que la réforme du 3e cycle vient d’avoir lieu et que celle du 2e cycle est prévue dans la future loi santé au printemps.

Le docteur Thierry Bour déclare : « Les solutions que nous avons mises en place sont efficaces, et grâce à la mobilisation des ophtalmologistes, nous avons évité le pire en matière de démographie. Ce que nous demandons aujourd’hui aux pouvoirs publics est un coup de pouce en permettant la formation de 50 postes d’ophtalmologistes supplémentaires par an, ce qui a du sens avec le développement des stages d’internes et d’assistants en pratique libérale, qui permettent aussi un meilleur maillage territorial. Cette simple mesure, associée à celles que nous déployons par ailleurs, suffirait à obtenir le « Zéro délai en 2022 », que nous visons depuis le lancement de notre campagne lors de l’élection présidentielle de 2017. »

Des solutions supplémentaires pour un meilleur accès aux soins ophtalmologiques

Pour aller plus loin dans son plan d’action contre les délais d’attente, le SNOF demande aux ophtalmologistes de mettre en place des plages de RDV pour les « demandes de soins non-programmées en ophtalmologie » (DSNPO) afin de réduire les délais dans les cas le nécessitant, hors suivis réguliers et contrôles périodiques. Une mesure qui permettra de mieux répondre aux besoins des patients et de désengorger aussi les services d’urgences en ophtalmologie.

L’optimisation des plannings passe également par les plateformes de prises de rendez-vous médicaux en ligne. Le SNOF a noué des partenariats avec les sociétés Doctolib et Alaxione, deux acteurs majeurs déjà fortement implantés en ophtalmologie, afin de répondre à la forte demande des patients et fluidifier les plannings.

Le docteur Bour explique : « Notre spécialité est la plus présente sur des plateformes telles que Doctolib et Alaxione. Aujourd’hui, un ophtalmologiste sur trois propose des RDV en ligne, nous visons 75% en 2020. Ces partenariats, opérationnels dès février 2019, permettront aussi de prendre rendez-vous directement sur le site web du SNOF à partir de mars, via l’annuaire. C’est une avancée majeure pour faciliter la prise de rendez-vous : 20 millions de patients utilisent Doctolib chaque mois. »

Le SNOF souhaite également développer l’exercice en multi-sites, tendance déjà très présente dans la spécialité : 80% des jeunes ophtalmologistes s’installent en cabinets de groupe et, depuis 2013, l’exercice multi-sites a bondi de 22% d’après la Drees, soit plus de 10 000 sites couverts pour 5 900 ophtalmologistes.

Le Dr Bour conclut : « Nous poursuivons nos efforts pour trouver des solutions supplémentaires afin de renforcer l’accès aux soins oculaires et simplifier la vie des patients. L’accroissement de l’exercice multi-sites et l’optimisation des plannings de prises de rendez-vous sont nos priorités en 2019. L’année à venir sera marquée, également, par le déploiement des contrats de coopération de soins visuels et l’entrée en vigueur réelle du décret des opticiens, qui fluidifiera le renouvellement des équipements optiques. »