Communiqué de presse - UNE INSULTE A LA MEDECINE SPECIALISEE

L’U.ME.SPE. a découvert, hier, les propositions de l’UNCAM avec frayeur. Quatre mois de réunions pour un texte qui est une insulte à la profession et, particulièrement, aux médecins spécialistes.

Ce texte, qui comporte aujourd’hui pour 99 % des propositions orientées sur des forfaits, est une ineptie pour la médecine libérale. L’U.ME.SPE. n’est pas encore dans l’optique de signature d’une convention salariale.

Demain, une consultation de base des spécialistes sera moins valorisée que celle de la médecine générale. L’U.ME.SPE. ne soutiendra jamais cette démarche car elle est la négation de l’expertise médicale, l’expertise est l’avenir de tous les médecins, de toute la profession sans exception.

L’U.ME.SPE. n’acceptera pas la stigmatisation du secteur 2 par l’absence de revalorisation tarifaire. Le médecin en secteur 2 est un médecin conventionné, c’est à la Caisse de prendre la responsabilité du remboursement du patient.

Ne parlons pas du CAS rebaptisé OPTAM qui pouvait être le ballon d’oxygène pour engager la mutation indispensable pour répondre aux enjeux de santé de la population française. A l’hôpital public, l’espace de liberté tarifaire existe pour tous, en libéral c’est impossible !

Rien sur la coordination entre le spécialiste et le généraliste ! Nous comprenons que la tutelle n’en veut pas, ainsi elle pourra encore favoriser l’hôpital et sa gabegie financière.

La seule perspective est une ébauche de mise en place timide de hiérarchisation des consultations. On n’en voudrait pas qu’on n’aurait pas proposé mieux !

Rien sur l’accompagnement du soi-disant virage ambulatoire et l’innovation alors que l’hôpital public reçoit à tour de bras, 2 milliards pour mettre en place, au travers des GHT, son business plan, 750 millions pour réserver l’innovation à l’hôpital public. Enfin une revalorisation des salaires des praticiens hospitaliers passée sous silence !

Oui, ras-le-bol d’être « menés en bateau » de « l’esbroufe » de ce gouvernement qui, à aucun moment, n’a la volonté de reconstruire un système à bout de souffle.

Demain, les membres de l’U.ME.SPE., s’ils ne sont pas entendus, se retireront de la délégation pour se placer dans une opposition plus radicale.

Dr. Patrick GASSER
Président