Communiqué de presse - RESPECTER LES MEDECINS EXERÇANT EN SECTEUR 1

 

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., premier syndicat des médecins spécialistes libéraux dénonce les propos récurrents de certains responsables de syndicats de spécialités chirurgicales assimilant l’exercice en secteur 2 à une plus grande qualité et sécurité de leurs actes, qualifiant parfois le secteur 1 de secteur « low cost ».

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. rappelle que 90% des médecins généralistes et 60% des médecins spécialistes exercent en secteur 1 et prodiguent à leurs patients des soins de qualité, ce qui est d’ailleurs un devoir déontologique pour tous.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. souligne qu’en établissement de soins publics ou privés, la sécurité et la qualité des soins sont assurées par le financement des GHS versés aux établissements. Là encore, c’est le devoir collectif des médecins, du personnel paramédical et de l’établissement d’assurer au quotidien la sécurité et la qualité des soins qui n’ont rien à voir avec un secteur d’exercice tarifaire.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. ne comprend pas non plus, les attaques anti-déontologiques faites par ces mêmes responsables sur la pertinence des actes d’exploration et d’imagerie. La pertinence des actes a été inscrite dans la convention grâce à la mise en place d’accords du bon usage des soins puis du ROSP. Il faut rappeler qu’un acte sanglant non répétitif (chirurgical ou de pratiques interventionnelles) peut être, lui aussi, non pertinent voire inutile. Il appartient à chaque spécialité de réfléchir à sa propre pratique avant de dénigrer abusivement celle des autres.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. souligne enfin, que ces mêmes dirigeants pratiquent la politique du communiqué alors qu’ils sont souvent absents au niveau local dans le cadre des URPS et au niveau national dans les commissions de travail participant à l’organisation de nos professions.