Communiqué de presse de l'U.ME.SPE.-CSMF - LA RADIOLOGIE ENCORE ATTAQUEE : QUELLE SERA LA SPECIALITE SUIVANTE ?

L’UNCAM, par sa décision d’utiliser l’article 99 de la LFSS de 2017 contre les radiologues, sabote volontairement toute convention médicale. Comment, demain, un syndicat médical responsable pourrait-il signer une convention en sachant, qu’en fonction du bon vouloir du directeur général, des baisses tarifaires pourront intervenir sur le seul fait du « prince » ?

Cette baisse n’a aucune justification en dehors de l’aspect comptable que veut produire ce gouvernement moribond avant son départ. La confiance des professionnels envers la caisse est aujourd’hui très largement entamée pour, probablement, longtemps. Cette décision prise dans une atmosphère déjà très détériorée va conduire la profession dans une opposition frontale.

La caisse vient de donner un signal à tous les médecins libéraux mais, aussi, aux usagers qui en seront les premières victimes. Qui, demain, souhaitera continuer à investir dans la proximité, dans la qualité, dans le maillage du territoire ? Malheureusement, cette décision va être encore plus délétère pour les zones de faible densité, les délais d’attente ne pourront que s’allonger.

Qui, demain, s’investira dans ces grands chantiers que sont l’amélioration des pratiques et la pertinence des prises en charge que nous venons d’ouvrir ? Un grand coup de frein vient d’être donné.

La gestion de la pénurie sera désormais de la responsabilité de la caisse et du gouvernement et non de celle des professionnels. Il en sera de même sur le développement de l’innovation.

L’UMESPE-CSMF se dit profondément révoltée par cette décision et demande à toutes ses spécialités de s’engager dans un soutien actif de la radiologie libérale. L’UMESPE-CSMF accompagnera toutes les mobilisations et toutes les actions que la radiologie engagera.

L’UMESPE-CSMF demande à tous les médecins libéraux d’être solidaires de la radiologie qui est la première spécialité attaquée par les pouvoirs publics.  

Contact presse :
Dr. Patrick GASSER