Classification Commune des Actes Médicaux : Comment le gouvernement continue de démanteler la médecine spécialisée en gynécologie et obstétrique.

L’U.ME.SPE./CSMF s’inquiète de l’ouverture de la Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM) aux sages-femmes leur donnant ainsi l’accès à des actes médicaux de gynécologie et de néonatologie.

Par contre, l’U.ME.SPE./CSMF est opposée à l’utilisation de la CCAM des actes des médecins par les sages-femmes, ce qui conduit à niveler les compétences de professionnels de santé qui n’ont pas les mêmes qualifications, formations, responsabilités et coût d'exercice.

L’U.ME.SPE./CSMF reste ouverte à l’application de protocoles de prise en charge sous la responsabilité des médecins et rappelle sa proposition -  laissée à ce stade « lettre morte »  - de mettre en place un plan de santé de l’enfant garantissant un travail cohérent et coordonné de tous les acteurs, respectueux des compétences et des responsabilités de chacun.

L’U.ME.SPE./CSMF rappelle quelle représente l’ensemble des spécialités médicales, soit environ 60 000 médecins spécialistes, qu’elle plaide pour un parcours de soins du patient de proximité et qu’elle continuera de défendre le rôle, la spécificité et l’identité des 60 000 médecins spécialistes

Dr. Patrick GASSER
Président