Avenant n°8 : un accord essentiel et équilibré

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., se félicite de la conclusion de l’accord sur l’Avenant N°8 qui a pris en compte, à la fois, la demande du Président de la République sur les dépassements d’honoraires mais, également, celle de l’U.ME.SPE. sur les revalorisations indispensables et qui restent insuffisantes pour les médecins spécialistes libéraux exerçant en secteur 1.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., se félicite que, dans des conditions de négociations extrêmement difficiles, le système conventionnel sorte renforcé avec au-delà de notre alliance C.S.M.F/SML qui a été le moteur de cet accord, les autres syndicats de médecins spécialistes nous aient rejoints pour montrer une unité syndicale forte qui a permis d’arracher les dernières concessions dont nous avions besoin, notamment pour mettre fin à l’injustice qui été faite, depuis de trop nombreuses années, aux anciens chefs de clinique et assimilés bloqués en secteur 1.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F., a œuvré pour finaliser, dans des conditions de solidarité inter-spécialités, la dernière étape de la CCAM des actes techniques au 1er janvier 2015. Il nous appartient désormais de revoir la problématique financière des actes techniques et en particulier, une véritable évaluation du coût de la pratique, ce qui n’a jamais été le cas depuis 2005 malgré des engagements répétés de la part des Caisses.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. constate, par ailleurs, que cet accord répond à la commande du Président de la République et va nous permettre de sortir du boulet médiatique que constituent les rares confrères pratiquant des tarifs hors normes et qui nous sont injustement reprochés et sauvant ainsi l’exercice normal en secteur 2.

L’U.ME.SPE./C.S.M.F. demande à l’UNOCAM de s’engager résolument dans cet accord avec un nouveau paradigme de financement des actes et des forfaits en complément d’une solvabilité des compléments d’honoraires pour tous les médecins de secteur 2 qui choisiront, à partir du 1er juillet 2014, d’exercer dans le cadre du secteur 2 avec contrat d’accès aux soins.