FLASH INFO

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 12 OCTOBRE 2017

  SAVE THE DATE  
 SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017 à PARIS 
1ers ETATS GENERAUX DE LA MEDECINE SPECIALISEE 

 

L'UMESPE-CSMF organise les 1ers Etats Généraux de la médecine spécialisée (8H30/17H30) ayant pour thème : « un projet pour la médecine spécialisée » à la Maison de la Chimie. Inscrivez-vous dès à présent en cliquant ICI

I. La stratégie Nationale d’Agnès BUZIN

  • STRATÉGIE NATIONALE DE SANTÉ : LES LIBÉRAUX SONT DÉÇUS : Les 4 priorités d'Agnès Buzyn

Les premières orientations concernant la Stratégie Nationale de Santé (SNS) - qui fixe les priorités du gouvernement en matière de santé pour cinq ans - ont donc été annoncées.

 Adoption en décembre par décret. Les premières lignes du texte s’inspirent du rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP). Il définit 4 enjeux prioritaires de santé : les risques sanitaires liés à l’augmentation prévisible de l’exposition aux polluants et aux toxiques, les risques d’exposition de la population aux risques infectieux, les maladies chroniques et leurs conséquences et l’adaptation du système de santé aux enjeux démographiques.

 Ce rendez-vous aura toutefois permis d’éclaircir le calendrier, jugé « très court » par la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF). Le syndicat s’interroge à présent sur son articulation avec le vote de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) : « Comment va s’articuler la SNS, qui ‘donne un cap à la politique de santé’, avec la LFSS qui sera votée avant ? », questionne-t-il.

 Wat's Up Doct

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 27 SEPTEMBRE 2017

SAVE THE DATE - SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017 à PARIS  - ETATS GENERAUX DE LA MEDECINE SPECIALISEE

La CSMF et ses 23ème Universités d’été à Giens

  • La CSMF propose un "statut unique du médecin"

GIENS (Var), 11 septembre 2017 (APMnews) La CSMF campe sur son opposition à la convention médicale mais fait de nouvelles propositions sur le statut du médecin. Le président du syndicat, Dr Jean-Paul Ortiz, a indiqué qu’il n’était pas "question pour la CSMF d’adhérer à la convention médicale en l'état", car "rien n’a changé depuis la signature de la convention en août 2016". "Nous avons mis trois conditions pour rétablir la confiance". "La première est que l’on soit sûr que la pratique du tiers payant soit possible mais facultative pour les médecins. La deuxième est que l’article 99 du budget de la Sécu 2017, qui permet au directeur de la Cnamts de décider des tarifs médicaux, soit supprimé. Enfin, nous attendons de voir quelles seront les marges de manoeuvre financières pour la médecine de ville dans le PLFSS [projet de loi de financement de la sécurité sociale] pour 2018. Pour autant, cette université d’été a été l’occasion pour la CSMF de faire des propositions. Une nouvelle idée a été avancée, celle d’un "statut unique du médecin, partagé par tous les secteurs dont la base serait commune à tous les secteurs d’exercice, incluant la protection sociale". Sur cette base, "s’ajouterait une rémunération variable en fonction des activités de chacun", a indiqué Jean-Paul Ortiz dans son discours d’ouverture.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 14 SEPTEMBRE 2017

I. On ne parle plus de revaloriser le C ?

  • Nicolas Revel veut tourner la page des revalorisations du C et travailler sur d’autres modes de rémunération

Nicolas Revel a exprimé qu’il était impératif de faire évoluer les modes de rémunération. « Il faut tempérer, améliorer et diversifier la rémunération à l’acte » a-t-il affirmé, avant de trancher clairement : « la priorité ne peut plus être de revaloriser la valeur de l’acte de base. Ce qui ne veut pas dire écarter les actes complètement, mais il faut leur donner une finalité qui intègre des éléments de pertinence de travail collectif et de qualité des soins ». Ces propos n’ont pas manqué de faire réagir les représentants syndicaux présents dans la salle. Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF a indiqué que les médecins étaient tout à fait prêts à cultiver la qualité et la pertinence mais « aujourd’hui ce qui manque c’est la confiance » a-t-il déclaré. « Êtes-vous prêts à aller vers des modes de rémunération qui cultivent la pertinence et la qualité mais sans mettre en face des pénalités ? » a-t-il interpellé. Le Généraliste

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 31 AOUT 2017

DEMOGRAPHIE MEDICALE - la CSMF est force de propositions et le fait savoir !

  •  Démographie médicale : Agnès Buzyn défavorable à la coercition à l'égard des médecins

PARIS, 19 juillet 2017 (APMnews) - La ministre Agnès Buzyn, a confirmé mardi être défavorable aux mesures coercitives pour agir sur les inégalités de répartition des médecins. Elle a confirmé que des mesures destinées à lutter contre les "déserts médicaux" seront proposées dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018. Le plan vise à "lever tous les blocages administratifs qui peuvent gêner des exercices mixtes, en consultations avancées, des délégations de tâches", et fera l'objet d'expérimentations et d'un budget spécifique intégrés dans le PLFSS pour 2018, a précisé la ministre. Elle a évoqué la possibilité de proposer aux professionnels de santé et aux ARS "une forme de contrat de territoire", avec un accompagnement financier spécifique, dans le cadre du plan de lutte contre la désertification médicale.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 24 JUILLET 2017

TIERS PAYANT GENERALISE : LA VALSE DES ANNONCES....

  • Tiers payant généralisé: on prend les mêmes et on recommence !

Seuls 2 000 médecins ont à ce jour rejoint la plateforme technique pour faire du tiers payant intégral. La réforme emblématique du quinquennat Touraine est un flop. La nouvelle ministre de la Santé essaie de recoller les morceaux. La question du tiers payant est au menu de la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Celui-ci doit entrer en vigueur pour tous les Français au 1er décembre. Sur la partie Sécu, il ne sera pas remis en cause. Sur la partie complémentaire en revanche, la ministre utilise une méthode plus constructive : d’abord résoudre les problèmes techniques pour ne pas compliquer la vie des médecins et des patients. Actuellement, le tiers payant intégral (plus d’avance de frais à faire du tout, ni sur la part remboursée par la Sécu, ni sur la part remboursée par les complémentaires) est en vigueur pour les patients bénéficiant de la CMU ou de l’aide à la complémentaire santé. Il est entré en vigueur au 1er janvier pour les patients atteints d’affections de longue durée (ALD) et les femmes enceintes. Pour tous les autres Français, le tiers payant est censé devenir obligatoire le 1er décembre, mais sur la partie remboursée par la Sécu seulement, pas sur la partie remboursée par les assureurs complémentaires ou les mutuelles – le Conseil Constitutionnel s’y est opposé. L'OPINION

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 12 JUILLET 2017

I. Et si on parlait de vaccinations...

  • Pour France Assos Santé, l'extension des obligations vaccinales devrait être "strictement encadrée" PARIS, 26 juin 2017 (APMnews) - Si le principe d'une extension vaccinale était retenu, elle devrait être "strictement encadrée", estime France Assos santé.
     
  • Plusieurs sociétés savantes réaffirment leur soutien à l'extension de l'obligation vaccinale PARIS, 28 juin 2017 (APMnews) - Plusieurs sociétés savantes et des syndicats de professionnels de santé ont réaffirmé leur soutien à l'extension de l'obligation vaccinale aux 11 vaccinations de l'enfant de moins de 6 ans.

  • 200 grands noms de la médecine soutiennent l'extension de l'obligation vaccinale (presse) PARIS, 29 juin 2017 (APMnews) - Quelque 200 médecins s'engagent en faveur de l'extension de l'obligation vaccinale à 11 valences envisagée par le gouvernement.
     
  • La HAS n'a pas été saisie sur le projet d'extension de l'obligation vaccinale PARIS, 29 juin 2017 (APMnews) - La Haute autorité de santé (HAS) n'a pas été saisie par le gouvernement afin de se prononcer sur l'extension de l'obligation vaccinale à 11 valences chez l'enfant, a indiqué l'une de ses représentantes, Catherine Rumeau-Pichon.
     
  • Le vaccin DTPolio n'est plus produit" (Sanofi)

PARIS, 29 juin 2017 (APMnews) Alain Dutilleul, directeur des affaires publiques France et vaccins chez Sanofi, a expliqué que la remise à disposition d'un vaccin avec les seules valences DTPolio était impossible. "Il n'existe plus de vaccins DTPolio" parce qu'"il n'existe plus d'obligation de vaccination DTPolio seule dans le monde", a souligné le dirigeant, qui s'exprimait au nom du comité vaccins du Leem (Les entreprises du médicament).

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 28 JUIN 2017

1. La feuille de route du ministère de la Santé

  • L’Opinion - 
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, renoue le dialogue avec les médecins
  • Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, renoue le dialogue avec les professionnels de santé, malmenés par Marisol Touraine. Rendez-vous au début de l’été, au moment de l’élaboration du projet de loi de financement de la Sécu, pour voir s’ils ont été entendus. L'Opinion

 

  • Jean-Paul Ortiz à Agnès Buzyn : « La confiance ne se décrète pas, elle se construit »  
  • LE FIGARO  JP Ortiz a répondu aux questions suivantes : Quel accueil vous a réservé la ministre ? Quels sont, pour vous, les dossiers prioritaires ? Le président Macron a promis d'augmenter de 2,3% l'objectif des dépenses de santé (Ondam). C'est un bon signal ? Le Figaro

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 14 JUIN 2017

1. Les nominations au sein du Ministère

  • Yann Bubien (CHU d'Angers) va être nommé directeur adjoint du cabinet d'Agnès Buzyn

PARIS, 23 mai 2017 (APMnews)  Yann Bubien est âgé de 45 ans. A sa sortie de l'EHESP en 1999, il a rejoint la FHF. Puis, de 2005 à 2007, il a été secrétaire général du centre hospitalier Sud Francilien. En juin 2007, il est nommé conseiller social de Roselyne Bachelot. En 2009, il est parti au Royaume-Uni comme conseiller social de l'ambassadeur de France. Fin 2009, il est revenu au cabinet de Roselyne Bachelot, cette fois comme directeur adjoint de cabinet. Fin 2010, il a été nommé conseiller du cabinet de Xavier Bertrand, nouveau ministre du travail, de l'emploi et de la santé. Il a été désigné directeur général du CHU d'Angers en octobre 2011. Depuis cette date, il en a ajouté d'autres, comme celle de président des Hôpitaux universitaires du Grand Ouest, de délégué régional de la FHF Pays-de-la-Loire (de février 2014 à décembre 2016) et de vice-président de la conférence des directeurs généraux de CHU et président de la commission communication.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 31 MAI 2017

Et les nominés sont

  • Le programme santé d'Emmanuel Macron, élu président de la République

PARIS, 7 mai 2017 (APMnews) Le référent santé d'Emmanuel Macron, Olivier Véran, a insisté sur trois priorités dans le domaine de la santé: une "vraie politique de prévention ambitieuse", la "réduction des inégalités de santé" et "l'amélioration de l'efficience de notre système de santé, de la pertinence et de la qualité des soins". 

  • Soulagée, la santé réagit à l’élection de Macron et attend des actes 

Dr Jean-Paul Ortiz (CSMF) : « Le plus dur reste à faire »« Mon sentiment, en tant que citoyen, est de me réjouir. La France a démocratiquement choisi un président aux deux tiers des voix. La CSMF n'avait pas donné de consigne de vote mais j'avais clairement dit, à titre personnel, que je voterais pour Emmanuel Macron. J'étais inquiet des choix de Marine Le Pen qui ne me semblaient pas conformes à l'éthique médicale. Le plus dur reste à faire pour le nouveau président car la France est fracturée. C'est un défi difficile mais Emmanuel Macron a eu un mandat clair ». Le Quotidien du Médecin

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 17 MAI 2017

I. Les réformes des études médicales font polémique

  • La nouvelle liste des diplômes d'études spécialisées en médecine

PARIS, 28 avril 2017 (APM) - L'arrêté énumérant les 44 diplômes d'études spécialisées (DES) ouvrant droit à la qualification de spécialiste, dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études de médecine (TCEM), a été publié au Journal officiel. La liste, qui doit s'appliquer à compter de la rentrée universitaire 2017-2018.  Deux autres textes sont attendus dans le cadre de la finalisation de cette réforme : un décret relatif au statut de l'étudiant de TCEM et un arrêté fixant notamment les maquettes de formation des FST. (Journal Officiel)

  • Etudes de santé : 8 nouvelles universités expérimenteront la réorientation précoce et les passerelles

PARIS, 9 mai 2017 (APMnews) - Un arrêté publié samedi au Journal officiel autorise 8 universités supplémentaires à expérimenter des dispositifs de réorientation précoce des étudiants engagés dans des études de santé, ainsi que des passerelles entrantes vers ces filières. L'article 39 de la loi du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche a prévu 2 types d'expérimentation : la réorientation de certains étudiants de la 1ère année commune aux études de santé (Paces) dès l'année universitaire en cours, et des passerelles entrantes vers la 2e ou 3e année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de maïeutique, après 1 à 3 ans d'un 1er cycle universitaire conduisant à un diplôme national de licence.

Pages