FLASH INFO

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 24 JUILLET 2017

TIERS PAYANT GENERALISE : LA VALSE DES ANNONCES....

  • Tiers payant généralisé: on prend les mêmes et on recommence !

Seuls 2 000 médecins ont à ce jour rejoint la plateforme technique pour faire du tiers payant intégral. La réforme emblématique du quinquennat Touraine est un flop. La nouvelle ministre de la Santé essaie de recoller les morceaux. La question du tiers payant est au menu de la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Celui-ci doit entrer en vigueur pour tous les Français au 1er décembre. Sur la partie Sécu, il ne sera pas remis en cause. Sur la partie complémentaire en revanche, la ministre utilise une méthode plus constructive : d’abord résoudre les problèmes techniques pour ne pas compliquer la vie des médecins et des patients. Actuellement, le tiers payant intégral (plus d’avance de frais à faire du tout, ni sur la part remboursée par la Sécu, ni sur la part remboursée par les complémentaires) est en vigueur pour les patients bénéficiant de la CMU ou de l’aide à la complémentaire santé. Il est entré en vigueur au 1er janvier pour les patients atteints d’affections de longue durée (ALD) et les femmes enceintes. Pour tous les autres Français, le tiers payant est censé devenir obligatoire le 1er décembre, mais sur la partie remboursée par la Sécu seulement, pas sur la partie remboursée par les assureurs complémentaires ou les mutuelles – le Conseil Constitutionnel s’y est opposé. L'OPINION

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 12 JUILLET 2017

I. Et si on parlait de vaccinations...

  • Pour France Assos Santé, l'extension des obligations vaccinales devrait être "strictement encadrée" PARIS, 26 juin 2017 (APMnews) - Si le principe d'une extension vaccinale était retenu, elle devrait être "strictement encadrée", estime France Assos santé.
     
  • Plusieurs sociétés savantes réaffirment leur soutien à l'extension de l'obligation vaccinale PARIS, 28 juin 2017 (APMnews) - Plusieurs sociétés savantes et des syndicats de professionnels de santé ont réaffirmé leur soutien à l'extension de l'obligation vaccinale aux 11 vaccinations de l'enfant de moins de 6 ans.

  • 200 grands noms de la médecine soutiennent l'extension de l'obligation vaccinale (presse) PARIS, 29 juin 2017 (APMnews) - Quelque 200 médecins s'engagent en faveur de l'extension de l'obligation vaccinale à 11 valences envisagée par le gouvernement.
     
  • La HAS n'a pas été saisie sur le projet d'extension de l'obligation vaccinale PARIS, 29 juin 2017 (APMnews) - La Haute autorité de santé (HAS) n'a pas été saisie par le gouvernement afin de se prononcer sur l'extension de l'obligation vaccinale à 11 valences chez l'enfant, a indiqué l'une de ses représentantes, Catherine Rumeau-Pichon.
     
  • Le vaccin DTPolio n'est plus produit" (Sanofi)

PARIS, 29 juin 2017 (APMnews) Alain Dutilleul, directeur des affaires publiques France et vaccins chez Sanofi, a expliqué que la remise à disposition d'un vaccin avec les seules valences DTPolio était impossible. "Il n'existe plus de vaccins DTPolio" parce qu'"il n'existe plus d'obligation de vaccination DTPolio seule dans le monde", a souligné le dirigeant, qui s'exprimait au nom du comité vaccins du Leem (Les entreprises du médicament).

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 28 JUIN 2017

1. La feuille de route du ministère de la Santé

  • L’Opinion - 
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, renoue le dialogue avec les médecins
  • Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, renoue le dialogue avec les professionnels de santé, malmenés par Marisol Touraine. Rendez-vous au début de l’été, au moment de l’élaboration du projet de loi de financement de la Sécu, pour voir s’ils ont été entendus. L'Opinion

 

  • Jean-Paul Ortiz à Agnès Buzyn : « La confiance ne se décrète pas, elle se construit »  
  • LE FIGARO  JP Ortiz a répondu aux questions suivantes : Quel accueil vous a réservé la ministre ? Quels sont, pour vous, les dossiers prioritaires ? Le président Macron a promis d'augmenter de 2,3% l'objectif des dépenses de santé (Ondam). C'est un bon signal ? Le Figaro

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 14 JUIN 2017

1. Les nominations au sein du Ministère

  • Yann Bubien (CHU d'Angers) va être nommé directeur adjoint du cabinet d'Agnès Buzyn

PARIS, 23 mai 2017 (APMnews)  Yann Bubien est âgé de 45 ans. A sa sortie de l'EHESP en 1999, il a rejoint la FHF. Puis, de 2005 à 2007, il a été secrétaire général du centre hospitalier Sud Francilien. En juin 2007, il est nommé conseiller social de Roselyne Bachelot. En 2009, il est parti au Royaume-Uni comme conseiller social de l'ambassadeur de France. Fin 2009, il est revenu au cabinet de Roselyne Bachelot, cette fois comme directeur adjoint de cabinet. Fin 2010, il a été nommé conseiller du cabinet de Xavier Bertrand, nouveau ministre du travail, de l'emploi et de la santé. Il a été désigné directeur général du CHU d'Angers en octobre 2011. Depuis cette date, il en a ajouté d'autres, comme celle de président des Hôpitaux universitaires du Grand Ouest, de délégué régional de la FHF Pays-de-la-Loire (de février 2014 à décembre 2016) et de vice-président de la conférence des directeurs généraux de CHU et président de la commission communication.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 31 MAI 2017

Et les nominés sont

  • Le programme santé d'Emmanuel Macron, élu président de la République

PARIS, 7 mai 2017 (APMnews) Le référent santé d'Emmanuel Macron, Olivier Véran, a insisté sur trois priorités dans le domaine de la santé: une "vraie politique de prévention ambitieuse", la "réduction des inégalités de santé" et "l'amélioration de l'efficience de notre système de santé, de la pertinence et de la qualité des soins". 

  • Soulagée, la santé réagit à l’élection de Macron et attend des actes 

Dr Jean-Paul Ortiz (CSMF) : « Le plus dur reste à faire »« Mon sentiment, en tant que citoyen, est de me réjouir. La France a démocratiquement choisi un président aux deux tiers des voix. La CSMF n'avait pas donné de consigne de vote mais j'avais clairement dit, à titre personnel, que je voterais pour Emmanuel Macron. J'étais inquiet des choix de Marine Le Pen qui ne me semblaient pas conformes à l'éthique médicale. Le plus dur reste à faire pour le nouveau président car la France est fracturée. C'est un défi difficile mais Emmanuel Macron a eu un mandat clair ». Le Quotidien du Médecin

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 17 MAI 2017

I. Les réformes des études médicales font polémique

  • La nouvelle liste des diplômes d'études spécialisées en médecine

PARIS, 28 avril 2017 (APM) - L'arrêté énumérant les 44 diplômes d'études spécialisées (DES) ouvrant droit à la qualification de spécialiste, dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études de médecine (TCEM), a été publié au Journal officiel. La liste, qui doit s'appliquer à compter de la rentrée universitaire 2017-2018.  Deux autres textes sont attendus dans le cadre de la finalisation de cette réforme : un décret relatif au statut de l'étudiant de TCEM et un arrêté fixant notamment les maquettes de formation des FST. (Journal Officiel)

  • Etudes de santé : 8 nouvelles universités expérimenteront la réorientation précoce et les passerelles

PARIS, 9 mai 2017 (APMnews) - Un arrêté publié samedi au Journal officiel autorise 8 universités supplémentaires à expérimenter des dispositifs de réorientation précoce des étudiants engagés dans des études de santé, ainsi que des passerelles entrantes vers ces filières. L'article 39 de la loi du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche a prévu 2 types d'expérimentation : la réorientation de certains étudiants de la 1ère année commune aux études de santé (Paces) dès l'année universitaire en cours, et des passerelles entrantes vers la 2e ou 3e année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de maïeutique, après 1 à 3 ans d'un 1er cycle universitaire conduisant à un diplôme national de licence.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 4 MAI 2017

Remboursements et déremboursements des médicaments, des usagers et des médecins...  Un sujet délicat et conflictuel

  1. Généralités
     
  • L'Ondam 2017 devrait être tenu grâce aux mises en réserve (comité d'alerte)
    PARIS, 13 avril 2017 (APMnews) - La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2017 a fixé l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) à 190,7 milliards d'euros (+2,1%). Dans son avis de jeudi, l'instance constate d'abord que l'Ondam 2016 a été globalement respecté.
     
  • Médecins et usagers débattent de l'avenir du reste à charge
    La légitimité du reste à charge a été l'objet d'un vif débat, lors d'un récent colloque à Paris. Le Dr Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la Mutualité française, a mis les points sur les « i » : le reste à charge n'augmente pas et les mutuelles ne remboursent pas moins bien. Les représentants des médecins se sont ensuite employés à minorer la part des dépassements d'honoraires dans le reste à charge, tout en reconnaissant que ce dernier était inégalitaire« L'assurance-maladie s'est désengagée des tarifs des médecins, or certains compléments d'honoraires sont indispensables à certains médecins dans des zones comme le centre-ville de Paris, où le coût de l'immobilier est très élevé », a expliqué le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF. Quotidien du Médecin
     
  • Complémentaire santé : nouveau bond des bénéficiaires de l'ACS en 2016
    PARIS, 13 avril 2017 (APMnews) - Le nombre de bénéficiaires d'une attestation pour l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) a de nouveau progressé en 2016 (+8,2%). Depuis le 1er juillet 2015, les personnes éligibles à l'ACS doivent choisir, pour percevoir l'aide, l'une des 11 offres de complémentaire sélectionnées par l'Etat sur des critères de prix et de qualité.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 20 AVRIL 2017

Lancement dans 3 régions du 116 117, numéro national d'appel unique pour la permanence des soins ambulatoires

PARIS, 5 avril 2017 (APMnews) - Le nouveau numéro national d'appel unique pour la régulation de la permanence des soins ambulatoires (PDSA), le 116 117, est opérationnel depuis mercredi dans 3 régions (les Pays-de-la-Loire, la Corse et la Normandie).

Accès à un médecin de garde : top départ pour le 116 117 dans trois régions. Le déploiement national de ce numéro est prévu pour la fin de l'année 2017. Il sera accessible tous les soirs après 20 heures, le week-end à partir du samedi midi et les jours fériés – soit aux horaires de la PDS. « En journée, durant la semaine, le 116 117 ne sera pas accessible puisqu’il n’a pas vocation à se substituer aux consultations assurées par le médecin traitant », précise le ministère. 

Clarification incomplète ? Cette latitude laissée aux ARS n'est pas du goût du Dr Luc Duquesnel, président des « Généralistes CSMF ». Dans sa région, une concertation a été organisée par l'ARS et c'est le 116 117 qui a été choisi. « Mais si d'autres régions choisissent le 15ça contribuera à une mauvaise et coûteuse utilisation du système de soins », avec un recours possiblement excessif aux urgences hospitalières, met-il en garde. Le Dr Duquesnel est d'ailleurs formel : il y a une pression des SAMU pour conserver les appels de PDS dans le giron du 15. « Le 116 117 ne sera pas adopté partout », pronostique-t-il. Quotidien du Médecin

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 5 AVRIL 2017

Déserts médicaux : on en parle...

L’Assemblée Générale de la CSMF des 11 et 12 mars 2017 a défini la politique à venir de la CSMF sur deux axes principaux : l’accès géographique aux soins et l’accès financier aux soins (Lire l'intégralité de la note de presse).

PARIS, 21 mars 2017 (APMnews) - Un projet de décret définit le cadre du nouveau contrat de "praticien territorial médical de remplacement" (PTMR), destiné à favoriser les remplacements de médecins généralistes libéraux dans les zones déficitaires.

61 jours pour un spécialiste, 8 pour un généraliste : les délais d’attente se sont aggravés depuis 2012. Quotidien du Médecin

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 22 MARS 2017

NEWS SUR LES MODIFICATIONS CONCERNANT LE SECTEUR HOSPITALIER

Hôpital : 550 millions € d'ici 2021 pour financer deux programmes d'accompagnement du virage numérique PARIS, 15 mars 2017 (APMnews) –

  • Touraine annonce une baisse des tarifs hospitaliers
  • Marisol Touraine a en effet annoncé ce mercredi une nouvelle baisse des tarifs hospitaliers, de 0,9 % pour les hôpitaux et de 1,39 % pour les cliniques privées. «Compte tenu de l'augmentation prévisionnelle du volume d'activité», les tarifs pour la médecine, la chirurgie et l'obstétrique «seront amenés à diminuer» de 0,9 %, a justifié le ministère de la Santé. À cette baisse, les établissements privés se verront appliquer une décote supplémentaire de 0,49 % afin de « neutraliser » les effets du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et du pacte de responsabilité qui « s'appliquent aux seuls établissements privés ».  « Sentiment d'injustice » : Pour la CSMF, principal syndicat des médecins libéraux, le gouvernement « s'entête à prendre le problème à l'envers ». Dénonçant une vision, l'organisation demande au ministère «de sortir des postures dogmatiques et de recentrer l'organisation du système de santé autour de la médecine de ville, avec les moyens nécessaires ». Le Figaro
  • La CSMF proteste contre le sort fait au privé lucratif et "constate à travers ces chiffres l’inégalité flagrante de traitement entre les hôpitaux publics et les établissements privés." Le Généraliste

Pages