FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 15 JANVIER 2018

Le Dr. Patrick GASSER, Président des Spé, vous souhaite une très belle année 2018.

I. L’hôpital public est déficitaire mais rémunèrent ses médecins mercenaires très chers...

  • Déficit des hôpitaux publics : les médecins libéraux dénoncent un coup de com

 La fédération hospitalière de France publie un communiqué alarmant sur l’état des finances hospitalières en France. Elle appelle le gouvernement à réagir. Les syndicats de médecins libéraux dénoncent de fausses accusations Frédéric Valletoux cible les médecins de ville. Il affirme que « le gouvernement envisage, pour la troisième année consécutive de faire payer aux hôpitaux le dynamisme des dépenses de ville. ». 
La confédération des syndicats médicaux français a réagi dans la journée. Son président, le Dr Jean-Paul Ortiz, évoque une « affirmation gratuite » et rappelle que les hôpitaux publics et la convention médicale sont séparés, aussi bien en termes d’objectifs de dépense que de budgets. D’autre part, la médecine de ville a déjà absorbé une large art des transferts de l’hôpital : chaque année, les prescriptions hospitalières exécutées en ville (PHEV) contribuent à grignoter la moitié de l’augmentation de l'ONDAM de ville. 

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 28 DECEMBRE 2017

I. Les hôpitaux publics et le libéral....

  • Hôpitaux de Paris: 335 médecins ont perçu 38,6 millions d'euros en libéral en 2016

Paris, 11 déc 2017 (AFP) Les médecins qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont partagé près de 38,6 millions d'euros d'honoraires, soit 5,8% de plus que l'année précédente, selon un rapport publié lundi (Rapport 2016 sur l'activité libérale à l'AP-HP). Les praticiens hospitaliers peuvent exercer une activité privée à l'hôpital public à condition ne pas y consacrer plus de 20% de leur temps de travail hebdomadaire et d'effectuer une majorité de consultations et d'actes au titre de l'activité publique. Ces médecins doivent en outre reverser à leur employeur une partie des honoraires perçus, en fonction des actes pratiqués.

  • Activité libérale à l'AP-HP: un nombre de contrats en légère baisse mais une activité et des honoraires en hausse

PARIS, 12 décembre 2017 (APMnews) Les professeurs des universités-praticiens hospitaliers (PU-PH) représentent 69% des contrats, les PH 26% et les maîtres de conférences (MCU-PH) près de 4%. La moitié (50%) concerne des disciplines chirurgicales, 29% des spécialités médicales, 11% de l'imagerie/médecine nucléaire/radiothérapie et 7% la gynécologie.

FLASH INFO UMESPE-CSMF DU 7 DECEMBRE 2017

I. LES 1ERS ETATS GENERAUX DE LA MEDECINE SPECIALISEE DU 25/11/2017 

 Dr Patrick Gasser (UMESPE) : « La revalorisation d'un ou deux euros, c'est obsolète »

La branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) organise samedi les premiers États généraux de la médecine spécialisée à Paris. Centres ambulatoires, délégations de tâches, rémunération à l'épisode de soins, relations avec les complémentaires et même adhésion à la convention : le Dr Patrick Gasser, président de l'UMESPE, passe à l'offensive sur tous les sujets. Le Quotidien du Médecin

  • La réorganisation de l'exercice, enjeu clé pour la profession - Le grand remue-méninges des spécialistes libéraux
     

Lors des états généraux de la médecine spécialisée, sous la houlette de l'UMESPE (CSMF), les libéraux ont exploré plusieurs modèles d'organisation innovante. Délégations de tâches encadrées, centres ambulatoires, réseau de praticiens autour de parcours personnalisés : la réflexion est en marche.

« Les médecins spécialistes apportent la qualité et la sécurité, ils font le lien entre la ville et l'hôpital : nous devons structurer la permanence et la continuité de soins, déléguer nos tâches, il faut muter et c'est à nous de proposer nos efforts ».

Dès l'ouverture des premiers états généraux de la médecine spécialisée à Paris, le Dr Patrick Gasser, président de l'Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF), a donné le ton de la journée, tournée vers les délégations de tâches, le décloisonnement et la réorganisation territoriale. Délais d'attente devenus insupportables, prise en charge de patients complexes et chroniques, valorisation de l'expertise : les défis sont connus et commandent un aggiornamento de la profession... Le Quotidien du Médecin

  • Convention médicale : Nicolas Revel tend la main aux spécialistes de l'UMESPE

Les relations entre l'assurance-maladie (CNAM) et les spécialistes sont-elles revenues au beau fixe ? Samedi, lors des premiers États généraux de la médecine spécialisée organisés par l'Union des médecins spécialistes de la CSMF (UMESPE), Nicolas Revel, le directeur général de la CNAM, a tendu la main aux libéraux en indiquant qu'il était prêt « à les accueillir »dans le système conventionnel. Une réponse à l'appel du pied lancé la semaine dernière par le Dr Patrick Gasser, à la tête de l'UMESPE, dans le « Quotidien »« Je rêve d'un avenant qui apporte les réponses aux questions posées en vain par les spécialistes au moment du refus de la convention, a indiqué le gastroentérologue. Cet avenant pourrait porter sur la pertinence des soins, la qualité des prises en charge, ou encore la télémédecine. » Le président des spécialistes a également affirmé vouloir « aller plus loin et créer des consultations à haute valeur ajoutée ». Le Quotidien du Médecin

Communiqué de presse du SNPF - Stratégie nationale de santé, volet enfance : les pédiatres et leurs propositions oubliés

Les pédiatres rappellent leur rôle dans la prévention, le dépistage et la prise en charge précoce de toute pathologie pouvant entraver le bon développement de l’enfant.

La pertinence des soins, l’expertise et les particularités de la prise en charge des enfants justifient la place du pédiatre, ni spécialiste d’organe, ni médecin généraliste de l’enfant, dans notre système de soin. Il est un maillon indispensable dans le parcours de soins des enfants surtout dans celui concernant les plus vulnérables.

Le pédiatre se positionne comme le pilote de santé de l’enfant, il l’accompagne tout au long de son développement.

Pages