Flash info N° 16 - 28 JUILLET 2015

Sauvetage des services d’urgence publics : Le rapport GRALL : un plébiscite pour l’organisation très hospitalo-centrée au lieu de jouer la carte du soin non programmé. Une attaque frontale contre les libéraux et l’hospitalisation privée.
Il s’agit bien là d’un nouveau plan d’aide aux hôpitaux publics. Comment tenter de sauver l’hôpital public. Il y des directeurs d’ARS qui ne sont pas à leur place.
Plus d'infos

EN DIRECT DU SPECIALISTE N° 142 - ELECTIONS AUX URPS : UNE ETAPE ESSENTIELLE POUR CONSTRUIRE L’AVENIR DE LA MEDECINE SPECIALISEE

La campagne pour les URPS vient de débuter. Les uns et les autres s’affublent de mots doux et de sobriquets. Le ton a changé, chaque centrale syndicale prend du recul vis à vis de l’autre. Mais le rejet du projet de loi de santé reste un socle commun tellement son contenu est délétère pour la médecine libérale. Ce projet de loi reste fédérateur, du jamais vu !

Depuis plusieurs mois, l’U.ME.SPE. se positionne contre la loi Touraine. Nos représentants ont été les premiers à sortir des groupes de travail tellement les conditions, la manière de consultation pour ré-écrire le contenu de la loi, s’apparentaient à de la manipulation. Ces groupes ont été de l’enfumage, il n’en est rien sorti et on ne pourra pas nous le reprocher.

Au sortir de l’Assemblée Nationale et, ce, malgré plus de 150 amendements, cette loi reste profondément antilibérale et construite seulement sur une idéologie. Elle sera source de conflits entre professionnels, elle les brutalisera plus qu’elle ne les accompagnera, elle ne cherche qu'à organiser cette médecine administrative de demain tant désirée par l’Etat, l’Assurance Maladie et les complémentaires santé.

LA DESOBEISSANCE CIVILE, C’EST LE 1er JUILLET

L’U.ME.SPE., branche spécialiste de la CSMF, appelle tous les médecins libéraux à s’engager dans la désobéissance civile et à dire non à la politique de santé de l’Etat dictée par la loi Touraine.

Dire NON :

1°. C’est refuser d’appliquer, dès le 1er juillet 2015, le tiers payant pour les patients bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé (ACS). L’U.ME.SPE./CSMF est opposée, aujourd’hui, à l’usine à gaz construite par le Cabinet de Madame TOURAINE et la Caisse d’Assurance Maladie. Elle n’est qu’une machine à mettre sous tutelle la médecine libérale comme l’a si bien décrit Madame Brigitte DORMONT, conseillère du Premier Ministre.

2°. C’est continuer à accompagner, comme nous le faisons depuis des années, les patients en difficultés financières et, ainsi, conserver le socle social de la médecine libérale.

Communiqué de presse du SNORL - ACS : Assez ...... de démagogie

 En accord avec la plupart des Centrales Syndicales, le SNORL est résolument opposé au Tiers Payant Généralisé obligatoire tel qu’il est prévu dans le cadre de « la petite loi de Santé ».

De plus, le SNORL considère que le décret du 29 juin 2015, portant réforme de l’ACS, n’est qu’une étape technique dans le prolongement de la Couverture Médicale Universelle permettant d’en réduire les effets de seuil ainsi que les écueils constatés par la multiplicité des Complémentaires.

Le SNORL a toujours été favorable à l’amélioration du tiers payant social mais s’oppose à tout ce qui peut porter atteinte à la qualité de la relation médecin-patient. Dans cet esprit, le SNORL demande aux ORL de continuer d’appliquer les prises en charge seulement sur la part obligatoire de l’ACS lorsque c’est réalisable informatiquement.

UNE CONFERENCE INUTILE, UNE REPONSE : LE BOYCOTT

L’U.ME.SPE., branche spécialiste de la CSMF, salue la position de la CSMF à la sortie de l’Hôtel Matignon, appelant au boycott de la conférence de santé organisée par le gouvernement prévue en Janvier 2016.

L’U.ME.SPE./CSMF affirme que la mise en place de cette conférence est bien trop tardive et illogique car elle se positionne en aval de la loi de santé. Elle aurait du être le vecteur des options retenues dans le cadre de la concertation et aurait pu porter une réflexion commune pour une loi de santé partagée. 

L’U.ME.SPE./CSMF rappelle que la mise en place des commissions de concertation pour la loi de santé n’a été qu’un leurre, une mascarade pour permettre au gouvernement d’enfumer les médecins libéraux et  faire passer un texte idéologique et profondément antilibéral.

L’U.ME.SPE./CSMF considère comme un affront, une insulte, la composition proposée du comité de pilotage de cette conférence ; les personnalités nommées ne représentant en aucun cas l’ensemble du milieu de la santé et encore moins le milieu libéral.

Pages