NEWSLETTER - ENDOCRINOLOGIE URPS 2015

Newsletter

Depuis plusieurs années les spécialités cliniques restent les laissées pour compte et cette nouvelle loi de santé portée par Mme Marisol Touraine dans la droite ligne de la loi HPST, soutenue à l’époque par certains syndicats médicaux, entérine cet état de fait. Aujourd’hui la loi et les pouvoirs publics continuent à nous ignorer...EN SAVOIR PLUS SUR LA SPECIALITE

NEWSLETTER - MEDECINE PHYSIQUE ET READAPTATION - URPS 2015

Newsletter

Valoriser l'acte médical : une priorité

Avec la CSMF, le SYFMER est engagé dans un projet tarifaire innovant, visant à revaloriser l’activité médicale clinique.

Ce projet doit rendre ses lettres de noblesse à l’écoute des patients, au raisonnement clinique et à la coordination des soins spécialisés.

EN SAVOIR PLUS SUR LA SPECIALITE

 

NEWSLETTER - ANESTHESIE REANIMATION - URPS 2015

Newsletter
Parce que la CSMF a été la première à défendre la médecine libérale spécialisée dès les premières menaces gouvernementales.

Parce que la CSMF a sauvé le secteur II et la liberté d’installation que notre gouvernement voulait supprimer.
Parce que la CSMF a été la première à voir les dangers de la loi Touraine et a organisé une opposition unie et dure de l’ensemble des médecins contre cette loi délétère...

DÉFENSE, VALORISATION, INNOVATION, PROSPECTIVE, caractèrisent le combat de la CSMF pour les plateaux lourds. Un syndicat responsable. EN SAVOIR PLUS SUR CETTE SPECIALITE

NEWSLETTER - LES ENGAGEMENTS DE CAMPAGNE DE L'UMESPE ET AOC

Newletter
L'UMESPE et AOC présentent leur programme pour les années à venir à l'occasion des élections professionnelles qui auront lieu le 12 octobre et s'engagent en définissant leurs priorités.

L'UMESPE et AOC c'est la défense de la profession et de tous les médecins libéraux individuellement. L'UMESPE et AOC c'est l'engagement dans l'avenir de la médecine libérale innovante et prospective. Des engagements sans démagogie, des engagements pour la construction d'un avenir de la médecine libérale.

1- Opposition à la loi de Santé et au tiers payant généralisé.
2- Mise en place de mécanisme de revalorisation tarifaire annuelle dans un respect du coût de la pratique sur l'ensemble du territoire national.
3- Préserver les secteurs d’exercices notamment le secteur 2 indispensable à la survie de certaines spécialités.
4- Valorisation de l’acte intellectuel médical. Rénovation de la consultation dans un premier temps dans le cadre de la nouvelle convention.
5- Développer des espaces de liberté tarifaire au travers de l’expérience du CAS qui devra être rénové et évolutif pour tous les médecins. Il devra être le socle d’espace de liberté ouvert à toutes les spécialités.
6- Définir la place de la médecine spécialisée libérale à sa place sur l’échiquier de la santé.
7- S’opposer au pillage de la médecine libérale spécialisée par l’hôpital public.

NEWSLETTER - ELECTIONS URPS 2015 - OSONS MADAME LA MINISTRE

Par Patrick GASSER, Président de l'U.ME.SPE/CSMF
Newsletter
Les provocations des politiques vis-à-vis des corps professionnels sont monnaie courante depuis quelques années pour au moins deux raisons : la première est leur ignorance des sujets dont ils parlent, on le voit aujourd’hui avec les propositions d’un sénateur de droite qui pour régler les soit disant « déserts médicaux », supprime la liberté d’installation. La seconde plus grave, est la malhonnêteté intellectuelle, mêlée d’idéologie politique et parfois d’objectifs politiques personnels conduisant inévitablement à une destruction de ceux qui gênent...

En miroir, les corps professionnels par peur de perdre leurs acquis, hésitent à mettre en place l’évolution indispensable du métier et restent parfois sur des seules revendications tarifaires. Pouvons-nous continuer ainsi à seulement revendiquer deux euros sur une consultation ! L’heure est-il à ces deux euros ? À court terme : OUI car aujourd’hui la situation est invivable pour certains. À long terme, par contre notre profession doit impérativement et profondément évoluer dans sa fonction, son mode d’organisation, dans ses rapports avec les autres acteurs sous peine de disparaître ou d’être reléguée à une fonction qu’elle n’acceptera pas. L’évolution sociétale, le développement des NBIC (Nano-technologies, Biologie, Informatique et Cognitique), la puissance des firmes qui les portent ne peuvent que nous engager à cultiver l’innovation. L’innovation est la clef pour conserver notre place dans le système de santé. Elle sera inévitablement source de profonds changements conduisant à ce que l’économiste Schumpeter qualifie « d’innovation destructrice ». Changements que nous maitriserons d’autant mieux que nous en serons les acteurs !

Alors osons :
- Affirmer notre rôle d’organisateur des soins dans nos territoires. Nous devons en être les gestionnaires.
- Affirmer notre place de chef d’orchestre dans la prise en charge de la santé de la population. Saisissons les NBIC, ne les laissons pas aux ingénieurs.
- Rénover notre organisation de prise en charge et jouons la plus value et l’expertise du médecin. Retrouvons notre Identité.
- Porter l’efficience et la performance de notre modèle libéral.
- Créer les conditions de venue de la jeune génération dans nos entreprises.

Pages